Ikea «regrette» son recours au travail forcé en Allemagne de l'Est

Publication: Mis à jour:

BERLIN - Le géant suédois du meuble Ikea a déclaré vendredi «regretter» avoir eu recours à des travailleurs forcés dans les années 1970 et 1980 en Allemagne de l'Est.

Ikea a présenté vendredi à Berlin un rapport commandé au cabinet d'audit Ernst & Young. Il montre que des prisonniers en République démocratique allemande, parmi lesquels de nombreux dissidents politiques, ont été employés pour la fabrication de meubles fournis à Ikea il y a 25 à 30 ans. La direction de l'entreprise, ajoute le rapport, était informée du possible recours au travail forcé par certains de ses fournisseurs en RDA.

«Nous regrettons profondément que cela se soit produit», a déclaré vendredi Jeannette Skjelmose, membre de la direction d'Ikea. «Nous n'avions pas à l'époque les systèmes de contrôle bien au point dont nous disposons aujourd'hui, et nous n'en avons clairement pas assez fait pour empêcher de telles méthodes de production», a-t-elle ajouté.

Sur le web

Ikea: travail forcé en RDA il y a 25 ans

Grève chez Ikea aujourd'hui

Grogne sociale au magasin Ikea de Tourville-la-Rivière

Les nouveaux visages du design scandinave

La nouvelle pauvreté et les marchés sauvages...