OTTAWA - La Chambre des communes du Royaume-Uni exhorte le premier ministre du pays, David Cameron, à suivre l'exemple de Stephen Harper et à menacer de boycotter le prochain sommet des pays du Commonwealth, qui aura lieu l'an prochain au Sri Lanka.

Les menaces formulées par le premier ministre canadien — et qui visent à inciter le Sri Lanka à améliorer son dossier en matière de droits de la personne — sont citées en exemple à Londres par le comité des affaires étrangères de la Chambre des communes, qui estime que M. Cameron devrait imiter M. Harper.

Le comité formule cette recommandation dans son rapport sur l'avenir du Commonwealth, qui regroupe 54 pays.

De Londres, le président du comité, Richard Ottaway, a déclaré à La Presse Canadienne qu'un boycott pourrait forcer le gouvernement sri-lankais à mener de réelles enquêtes sur les atrocités commises par les militaires.

M. Harper souhaite que le gouvernement du Sri Lanka autorise une enquête indépendante à propos des allégations de crimes de guerre qui auraient été commis par l'armée à l'endroit des rebelles tamouls et de civils vers la fin de la guerre civile, en 2009.

Un rapport des Nations unies publié cette semaine s'est révélé une autocritique fort cinglante à l'endroit de l'organisme international et de son incapacité à protéger les quelque 40 000 civils tamouls qui auraient été tués dans les derniers mois de la guerre civile au Sri Lanka, qui a duré 27 ans au total.