Huffpost Canada Quebec qc

Georges St-Pierre, confiant et nerveux

Publication: Mis à jour:
GEORGES ST PIERRE
AP

Georges St-Pierre se dit fin prêt à défendre sa ceinture des poids moyens de l'UFC, samedi soir, au Centre Bell.

À 48 heures de son affrontement contre Carlos Condit, le champion intérimaire, St-Pierre n'a pas perdu une once d'énergie lors de l'entraînement public, jeudi.

Devant une centaine d'amateurs, St-Pierre s'est assis au centre de l'octogone, a livré une rapide guerre de pouces avec un partenaire avant de signer moult souvenirs qu'il a ensuite lancés dans la foule. L'air assuré, la démarche confiante, St-Pierre s'est ensuite adressé à l'immense horde de journalistes qui l'entouraient.

« Je suis à la fois excité et nerveux de combattre à nouveau, a dit la star planétaire. La nervosité pour moi, c'est une bonne chose, ça me permet d'atteindre mon plein potentiel en combat. J'ai travaillé trop fort pour abandonner en cours de combat. »

Remis d'une blessure au genou et d'une certaine remise en question, St-Pierre ne se considère pas comme le négligé contre Condit. « Je ne pense pas l'être et même si je l'étais, ça ne me dérangerait pas. J'ai une confiance inébranlable en mes capacités, une confiance que j'ai bâtie en m'entraînant avec les meilleurs. »

St-Pierre est aussi convaincu de faire le plein d'amateurs samedi soir au Centre Bell même si, jeudi matin, des centaines de billets demeuraient disponibles.

« Je vous garantis, à 100%, que ce sera plein », a fermement répondu St-Pierre.

Il a d'ailleurs offert le même pourcentage pour qualifier l'état de santé de son genou.

Une entrée en français

Depuis 2007, Georges St-Pierre a une seule et importante superstition avant ses combats. Depuis sa dernière défaite contre Matt Serra, le Québécois n'entre plus au son de la même chanson.

« La dernière fois que je suis entré deux fois de suite sur la même musique, j'ai perdu. J'ai appris et je ne le referai plus. »

S'il a gardé secret le titre de la pièce, Georges St-Pierre a dévoilé l'artiste qui rythmera sa marche vers l'octogone. Il s'agit du rappeur français Fababy.

« J'écoute du rap en français depuis que je suis jeune. Avant mon anglais était encore plus faible, je comprenais mieux les paroles. Je recherche toujours une chanson dont les paroles m'inspirent et me motivent. »

Condit touche à son rêve

L'adversaire de St-Pierre vit un rêve éveillé. Ce combat, Carlos Condit le veut depuis longtemps.

« J'ai des papillons dans l'estomac, mais ma préparation me permet de garder une certaine sérénité. »

Condit excelle particulièrement en position debout, tandis que St-Pierre excelle pour amener ses adversaires au plancher. Le champion intérimaire a-t-il le style parfait pour contrer le champion ?

« J'espère avoir le style anti-St-Pierre, on aura la réponse samedi. Il faut se méfier de lui. Des fois il donne l'impression de vouloir combattre à la verticale et dès qu'on baisse la garde, c'est là qu'il nous amène au sol. »

Condit a dit de la dernière victoire de St-Pierre contre l'Américain Jake Shields qu'elle manquait de lustre. « Il a ébranlé son rival à quelques reprises, mais son instinct du tueur a fait défaut. »

La foule partisane de Montréal ne l'effraie pas non plus. « Qu'on m'acclame ou qu'on me chahute, je me nourris de cette énergie. Chose certaine, dans l'octogone on ne sera que deux et j'en aurai bien assez à me concentrer sur celui qui veut m'arracher la tête. »

C'est déjà bien assez effectivement.

Sur le web

Le jeu des comparaisons

GSP-Condit: deux combattants fin prêts

L'indispensable confiance

Combat GSP-Condit: des compliments à profusion

GSP: «Je veux tout laisser dans l'octogone»

UFC 154 : un respectueux désaccord

Georges St-Pierre respire la confiance

Georges St-Pierre: le chant du guerrier

Tête-à-tête avec Condit

TVA Sports: une semaine UFC pour le retour de Georges St-Pierre