Webséries et création numérique: le Fonds TV5 finance cinq nouvelles webséries (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
MES ETATS NORDIQUES
Le Fonds TV5 finance cinq nouvelles webséries. | Courtoisie

Les cinq nouvelles webséries produites grâce au Fonds TV5 pour la création numérique ont été dévoilées lundi soir à la Cinémathèque québécoise, en marge des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM).

Le programme de financement, qui en est à sa quatrième année d’existence, vise à supporter les jeunes cinéastes de 18 à 35 ans pour favoriser la production de contenus francophones destinés aux nouvelles plateformes de diffusion. Sélectionnées parmi 80 projets à travers le Canada, les œuvres lauréates de 2012 ont ainsi bénéficié d’un budget de 20 000$ chacune, alloué par le Fonds TV5. Les concepts de fiction, de documentaire et de projets expérimentaux, très différents les uns des autres peuvent être visionnés au www.TV5video.ca.

«On encourage des projets très personnels», a expliqué Benoit Beaudoin, chef de l’interactivité chez TV5. «Nous ne sommes pas là pour de grosses structures financières ou des maisons de production, mais pour des démarches personnelles, des petites équipes. Le Fonds a été lancé en 2009 pour pallier le manque de financement pour le web. On accepte tous les genres de séries, sauf le magazine.»
Et quels sont les critères du jury en ce qui a trait au choix des productions qui profiteront de la tribune offerte par TV5?

«On regarde le portfolio des candidats, ce qu’ils ont fait avant. Ils doivent être capables de constituer une équipe de production et de mener un projet à terme. On s’attarde au scénario, au synopsis d’un épisode complet, à tout l’environnement du projet, au public cible…», a énuméré monsieur Beaudoin, en précisant que les webépisodes doivent être d’une durée d’environ trois minutes.

De tous les genres
Les thèmes des webséries gagnantes de cette année ratissent large et oscillent entre drame et humour, augmentant ainsi leurs chances de plaire à un vaste auditoire.

Dans Érosion – Un regard sur l’abandon, un documentaire signé Alain Loiselle et Myriam Berthelet, le photographe Nicolas Ruel se promène dans des lieux abandonnés de la province et tend son appareil vers des vestiges témoignant du Québec d’hier, traçant ainsi un habile parallèle entre l’art et l’histoire.

Vision Polyphonique, qui met en vedette une pléiade de jeunes comédiens, nous entraîne dans l’univers du poète franco-ontarien Éric Charlebois. Réalisé par Marie-Claude Dicaire et Jean-François Dubé, l’opus est dérivé du spectacle Péristaltisme et autres polyphonies, aussi axé sur les mots de Charlebois, et relate notamment le récit touchant de l’adoption d’une petite asiatique.

Fort prometteur, Lourd, de Catherine Therrien, met en scène trois adolescentes délurées qui projettent de s’envoler au Chili pour un séjour d’un mois durant l’été. Autour d’un travail d’équipe dans la bibliothèque de leur école, les jeunes filles causent amour, famille et études. Cette chronique drôle et pleine d’esprit vise un public d’environ 14-18 ans.

Les commérages qui ponctuent trop souvent la vie de tous les jours sont décryptés avec beaucoup d’humour sous le titre C.A.N.C.A.N, d’après un scénario de Marijo Meunier et Philippe Gendron. Dans la capsule consacrée aux cancans de bureau, une employée impulsive verra le contenu d’un courriel envoyé sous l’effet de la colère se retourner contre elle. Tel est pris qui croyait prendre, comme le dit si bien l’adage…

Enfin, Mes États*Nordiques, seul projet de la liste développé sous forme de webdoc, risque d’en bouleverser plusieurs. Partie enseigner dans le Grand Nord pendant deux ans, Marie-Christine Poutré a tenu un blogue de son expérience, dans lequel elle faisait état de ses difficultés à discipliner ses élèves. Ce sont ces écrits que la caméra de Marie-Claude Fournier et Anne Laguë a transposés en images, nous montrant la réalité parfois crue des jeunes habitants de Kangirsuk, au Nunavik. Peu enclins à être scolarisés, ceux-ci ont donné du fil à retordre à leur professeure, qui devait en outre composer avec du matériel de travail désuet et des coutumes qui ne sont pas les siennes. Or, les efforts de la jeune femme ne se sont pas avérés vains.

Depuis 2009, 23 webséries ont été financées par le Fonds TV5 et ont généré près de 300 000 visionnements en ligne. L’appel de projets pour la prochaine édition sera annoncé en février 2013. Pour plus de détails, on peut consulter la page Facebook du Fonds TV5.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Fonds TV5: 5 webséries à découvrir
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Cinq webséries voient le jour