C'est aujourd'hui que s'amorce officiellement la course à la direction du Parti libéral du Canada (PLC). Jusqu'à maintenant, six personnes ont annoncé leur intention de se présenter pour accéder à la direction du parti.

Les listes de mise en candidature seront disponibles dès aujourd'hui et les aspirants-chefs auront jusqu'au 14 janvier pour s'inscrire.

Le dernier en lice à avoir annoncé ses intentions est David Merner, un résident de Victoria ayant récemment démissionné de son poste de président de l'aile britanno-colombienne du parti.

M. Merner a ainsi rejoint dans l'arène :

  • David Bertschi : militant de longue date, il a représenté les couleurs du PLC dans la circonscription d'Ottawa-Orléans lors des élections de 2011; il est arrivé en deuxième place, derrière le conservateur Royal Galipeau. Issu du milieu privé, il pratique le droit depuis 1985;

  • Jonathan Mousley : originaire de Kingston, il est présentement en congé du poste qu'il occupe au ministère des Finances de l'Ontario comme économiste principal au Bureau du budget et du Conseil du Trésor;

  • Deborah Coyne : avocate, auteure, professeure d'université et constitutionnaliste torontoise, elle a été candidate du PLC à l'élection fédérale de 2006, dans la circonscription de Toronto-Danforth. Elle est aussi la mère de Sarah Elisabeth, la seule fille de l'ex-premier ministre Trudeau, qui est donc la demi-soeur du député Justin Trudeau;

  • Justin Trudeau : ancien enseignant et député de Papineau depuis 2008, il est le candidat-vedette de la course à la direction. Il était d'ailleurs pressenti comme candidat potentiel depuis plusieurs mois, malgré son jeune âge et son expérience limitée en politique. Son père est devenu premier ministre du Canada pour la première fois en 1968;

  • Alex Burton : président de l'association libérale dans la circonscription de Vancouver Kingsway, en Colombie-Britannique, il avoue déjà avoir du chemin à faire pour contrer la popularité de Justin Trudeau.

Une septième candidate, Martha Hall Findlay, devrait se lancer dans la course à la direction cet après-midi à Calgary.

Le chef intérimaire du PLC, Bob Rae, a quant à lui déjà annoncé qu'il ne se présenterait pas, à l'instar de Denis Coderre, qui devrait plutôt briguer la mairie de Montréal.

C'est le 14 avril prochain que l'élection du nouveau chef du Parti libéral du Canada doit avoir lieu à Ottawa. Les membres du PLC doivent choisir qui succédera à Michael Ignatieff, qui a remis sa démission après l'importante défaite subie par son parti lors des dernières élections fédérales, en mai 2011.

Le PLC n'a décroché cette année-là que 35 sièges. Cela l'avait relégué au rang de deuxième opposition, derrière le Nouveau Parti démocratique, dirigé alors par Jack Layton.