Bernard Landry affirme que le gouvernement Marois doit promouvoir la souveraineté (PHOTOS/VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
BERNARD LANDRY
Agence QMI

PARIS - Même s'il lui est impossible, dans sa position, de tenir un référendum, le gouvernement Marois doit s'efforcer de «mettre en valeur les avantages de l'indépendance», a soutenu lundi à Paris l'ancien premier ministre Bernard Landry.

«J'espère que ce gouvernement-là, quand même, va se servir de sa présence (au pouvoir) pour mettre en lumière les valeurs québécoises, les différences, les avantages de l'indépendance», a dit M. Landry, à l'issue d'une conférence devant une cinquantaine d'étudiants québécois et français dans le cadre de la nouvelle version parisienne des «Lundis de l'indépendance».

Bernard Landry estime que la «très bonne équipe» de Pauline Marois a «beaucoup de moyens» pour le faire. C'est une «partie difficile à jouer» pour un gouvernement minoritaire, mais les élus péquistes, selon lui, ont déjà mis de l'avant des «idées séduisantes».

«Par exemple, l'éthique en politique peut créer un très fort courant en faveur des indépendantistes, qui ont la réputation depuis René Lévesque d'être plutôt propres et plutôt éthiques, et de ne pas faire de politique pour en tirer des avantages personnels.»

Évidemment, à brève échéance, les conditions ne sont «pas favorables» au Parti québécois, mais «c'est à court terme qu'il faut travailler pour modifier le moyen et le long termes», affirme l'ancien premier ministre.

C'est d'ailleurs ce qu'il s'est appliqué à démontrer aux étudiants qui s'étaient entassés pour l'entendre dans une salle de la Fondation Maison des sciences de l'Homme, près de la Grande Bibliothèque François-Mitterrand.

Devant ce public gagné à la cause de la souveraineté, l'ancien chef péquiste a affirmé que «le temps est venu pour la nation québécoise de prendre son destin en mains», pour des «raisons de dignité, d'identité et de fierté».

Bernard Landry a énuméré différents facteurs qui rendent aujourd'hui l'indépendance possible et «nécessaire», qu'il s'agisse d'un «mouvement sociologique favorable» (avec les jeunes qui appuient majoritairement l'idée, selon lui), ou de l'attitude du premier ministre canadien.

«Les délires royalistes de Stephen Harper nous aident», a-t-il lancé.

M. Landry évoque aussi des raisons plus «mécaniques», comme la mondialisation, qui exige que «les nations participent au concerts des nations».

«Est-il raisonnable que le Canada parle pour nous dans les instances internationales ?», a-t-il demandé.

L'ancien premier ministre compte aussi sur les richesses pétrolières du Québec pour aider sa cause. «Le jour où on devient des exportateurs pétroliers, ça change la donne», a-t-il tranché.

Les «Lundis de l'indépendance» parisiens sont inspirés d'un rendez-vous mensuel créé en avril à Montréal par le Nouveau Mouvement pour le Québec. L'idée de créer ce «forum d'échanges avec la société civile française» est venue de deux étudiants québécois vivant à Paris, Léa Clermont-Dion et Félix-Antoine Dumais-Michaud, soucieux de «parler d'indépendance et de reconstruire les ponts entre le Québec et la France».

En janvier dernier, Bernard Landry avait critiqué la stratégie de Pauline Marois en matière de souveraineté


À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
25 raisons pour lesquelles on aime le Québec
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Bernard Landry croit qu'un référendum pourrait avoir lieu rapidement

Souveraineté - Tout le monde au bercail, dit Landry | Le Devoir

Souveraineté: Marois va offrir un compromis | Denis Lessard ...

Pauline Marois veut remettre la souveraineté à l'avant-plan ...

Bernard Landry critique la stratégie de Pauline Marois - YouTube

Souveraineté: Marois, le chef qui a fait le plus mal au PQ | Métro