NOUVELLES

Des milliers d'Argentins en colère dans les rues de Buenos Aires

09/11/2012 03:39 EST | Actualisé 08/01/2013 05:12 EST

Des milliers d'Argentins sont descendus dans les rues de Buenos Aires, la capitale, et d'autres villes du pays dans la nuit de jeudi à vendredi, au cours d'une des plus importantes manifestations de ces dix dernières années.

D'après des responsables de la police, au moins 30 000 personnes étaient présentes dans la nuit de jeudi alors que certains médias locaux font état de centaines de milliers de personnes.

Inflation galopante, insécurité, corruption ostentatoire, les motivations des manifestants étaient variées, mais beaucoup avaient en commun le ressentiment contre la politique de la présidente Cristina Fernandez Kirchner, accusée de vouloir conserver le pouvoir indéfiniment en mettant un terme aux limites de mandat prévues par la constitution.

Pendant plusieurs heures, une marée humaine réunie à l'appel des réseaux sociaux s'est dirigée vers l'obélisque de la Plaza de la Republica, dans le centre de Buenos Aires, ou vers le palais présidentiel rose de la Plaza de Mayo au cri de « nous n'avons pas peur ». Bambins en poussettes, grands-parents en fauteuil roulant, la manifestation est restée bon enfant et n'a pas connu de dérapages majeurs avec des protestataires qui tapaient sur des casseroles et sifflaient en brandissant le drapeau argentin.

« Stop à la vague d'Argentins tués par le crime, assez de la corruption, dites non à la réforme constitutionnelle », pouvait-on lire sur les bannières affichées par les manifestants.

« Je suis venue pour protester contre tout ce que je n'aime pas dans ce gouvernement et je n'aime pas une seule chose, à commencer par l'arrogance » de la présidente, déclarait l'une des manifestantes, Marta Morosini, une retraitée âgée de 74 ans.

Dix ans après

La manifestation était empreinte d'un symbolisme fort pour les Argentins, qui se souviennent de la débâcle économique d'il y a dix ans. À l'époque, les cris de « Jetez les tous » et les concerts de casseroles des manifestations avaient forcé plusieurs présidents à démissionner, et avaient laissé l'Argentine pratiquement ingouvernable jusqu'à ce que Nestor Kirchner, le mari de la présidente actuelle devienne président en 2003.

Dans un discours jeudi, Cristina Fernandez n'a pas directement fait référence à la manifestation mais elle a défendu sa politique qui, selon elle, a permis à l'Argentine de se sortir de la pire crise économique du pays. « Pendant les temps de boom économique, il est facile de diriger un pays, mais essayez de le faire quand il tombe en ruine », a-t-elle déclaré, pressant les Argentins de continuer à la soutenir, et s'engageant à ne jamais abandonner, comme son défunt mari le lui avait appris. « Ne vous relâchez jamais, même dans les pires moments », a-t-elle ajouté.

Avec l'augmentation de la criminalité, notamment du nombre de meurtres dans le pays, l'insécurité est l'une des préoccupations majeures des Argentins, critiquant le faible taux d'élucidation des meurtres. Ils dénoncent également l'inflation grimpante.

Les sondages peinent à départager les partisans de Cristina Fernandez Kirchner de ses détracteurs. Alors que la présidente a été réélue il y a un an avec 54 pour cent des voix, sa cote de popularité est tombée à 31 pour cent dans un sondage réalisé via 2259 personnes, montrait également que 65 pour cent des sondés désapprouvaient les opposants de Kirchner.


Associated Press

PLUS: