Le public est convié, du 7 au 18 novembre prochain, à la 15e édition des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM). Pour cette mouture anniversaire, l’organisation du festival offrira aux cinéphiles un panorama de ce qui se fait de meilleur sur la planète en termes de «cinéma du réel». Une centaine de films, en provenance de 38 pays, seront projetés dans diverses salles de la métropole.

C’est à l’essayiste canadien Peter Mettler que reviendra l’honneur d’ouvrir les festivités avec sa nouvelle œuvre, The End Of Time. Le Journal de France, du documentariste français Raymond Depardon et sa compagne Claudine Nougaret, sera pour sa part présenté en guise de clôture, en grande première nord-américaine.

Quatorze longs-métrages internationaux se feront la lutte pour le grand prix de la compétition internationale, le Prix Image et le Prix Montage, tandis que dix courts et huit moyens métrages compléteront la sélection officielle. Au chapitre de la compétition nationale, qui répertorie des films du Canada et du Québec, les cinéastes Sylvain L’Espérance (Sur le rivage du monde), Yung Chang (The Fruit Hunters), Rodrigue Jean et Hubert Caron-Guay (L’état du monde), Hélène Choquette (Les poings de la fierté), Dominic Gagnon (Pieces And Love All To Hell) et le regretté Magnus Isacsson (Ma vie réelle) pourraient remporter les honneurs. Ce volet offrira aussi une vitrine aux réalisateurs de la relève.

Titres marquants et activités parallèles

Histoire de célébrer ses 15 ans, l’équipe des RIDM a voulu ajouter une touche particulière à l’édition de 2012. C’est pourquoi elle a demandé à 15 «programmateurs invités», des personnalités marquantes de la culture d’ici et d’ailleurs, de citer leur titre favori de cette forme de septième art, dans le but de le faire découvrir à une nouvelle assistance. Dans cette optique, les spectateurs pourront applaudir les documentaires fétiches de Philippe Falardeau, Gael Garcia Bernal, Frederick Wiseman, Barbet Schroeder, Agnès Varda, Patricio Guzmàn, Lou Reed, Kim Longinotto, Jia Zhang-ke, Alanis Obomsawin, Gilles Jacob, Naomi Kawase, Philip Glass, Laura Poitras et Samira Makhmalbaf.

En marge des visionnements en salles se tiendront plusieurs activités parallèles, destinées aux curieux qui souhaitent en apprendre davantage sur l’industrie du documentaire et ses artisans. Des ateliers de discussion avec des sommités comme les réalisateurs Peter Mettler et Régis Sauder sont notamment prévus, de même que quatre tables rondes, portant sur les enjeux du documentaire politique, le documentaire au «je», la photographie et le cinéma documentaire et les artistes québécoises de la relève. Des débats viendront conclure les projections de The Carbon Rush, d’Amy Miller, Le prix des mots, de Julien Fréchette et Le Khmer rouge et le non-violent, de Bernard Mangiante. Une soirée hommage sera en outre consacrée à l’ensemble des créations de Magnus Isacsson et, chaque soir, des performances, concerts et sets de DJ animeront la Cinémathèque québécoise.

Pour connaître la totalité de la programmation des 15e RIDM, consultez le Ridm.qc.ca.

Quelques chiffres sur les RIDM 2012…

110 films;

38 pays;

190 séances (dont 2 projections-débats, 2 leçons de cinéma, 7 discussions et 7 événements divers);

11 prix décernés;

16 premières mondiales et internationales;

17 premières nord-américaines;

11 premières canadiennes;

43 premières québécoises;

69 cinéastes invités étrangers;

28 cinéastes québécois