NOUVELLES

Au moins 10 nouvelles fosses communes ont été découvertes en Côte d'Ivoire

06/11/2012 02:28 EST | Actualisé 06/01/2013 05:12 EST
AP
FILE - In this Aug. 6, 2012 file photo, Ivory Coast troops patrol around the Cocody area in the city of Abidjan, Ivory Coast. Witnesses interviewed by the AP between Sept. 26 and Sept. 28, 2012 charge that Ivory Coast's military is torturing scores of people accused of taking part in recent attacks. The roundup of detainees is in response to a series of attacks on Ivory Coast's military that have sparked fears of renewed violence in the West African country.(AP Photo/Emanuel Ekra, File)

ABIDJAN, Côte d’Ivoire - Une dizaine de nouvelles fosses communes ont été découvertes en Côte d'Ivoire, près de l'endroit où des réfugiés ont été attaqués en juillet dernier.

Des organismes de défense des droits de la personne affirment que les soldats de l'armée nationale — les Forces républicaines de Côte d'Ivoire — se sont livrés à des exécutions sommaires.

Le mois dernier, des responsables avaient trouvé six corps dans un puits proche de l'ancien encampement dans la ville occidentale de Duekoue.

Le vice-maire de Duekoue, Paul Mondouho, a révélé que des dirigeants gouvernementaux, militaires et onusiens ont visité une dizaine d'autres fosses communes samedi. Le nombre de victimes n'est pas connu puisque les fouilles ne sont pas terminées.

Le procureur Noel Dje Enrike Yahau a confirmé la découverte des fosses, sans pouvoir fournir plus de détails.

Une porte-parole de l'ONU, Sylvie van den Wildenberg, a par contre indiqué que les forces onusiennes ont aidé à ériger un périmètre de sécurité englobant dix puits ressemblant à celui dans lequel six corps ont été retrouvés.

Des centaines de personnes ont attaqué le camp de Nahibly le 20 juillet dernier, le brûlant au sol. Ce camp abritait 4500 personnes déplacées par les violences en Côte d'Ivoire. La veille, une fusillade avait coûté la vie à quatre hommes et une femme.