POLITIQUE
05/11/2012 11:32 EST | Actualisé 05/01/2013 05:12 EST

L'opposition divisée sur le budget de l'administration Tremblay

PC

L'incertitude plane sur l'administration de la Ville de Montréal. Le maire Gérald Tremblay réfléchit à son avenir politique pendant que l'opposition est divisée sur le budget de la Ville.

Le maire Tremblay doit revenir à l'hôtel de ville après quelques jours de repos. Plusieurs observateurs souhaitent qu'il fasse le point sur son avenir politique. Ses adversaires politiques réclament sa démission depuis plusieurs semaines.

Dans le chaos ambiant, la chef de l'opposition officielle, Louise Harel, a décidé de boycotter la commission sur les finances de la Ville afin de protester contre le budget annoncé par le président du comité exécutif Michael Applebaum.

Le parti de Mme Harel, Vision Montréal, refuse de « jouer les figurants » dans l'étude d'un budget déjà placé sur la voie d'évitement. Mme Harel souhaite que des mesures afin de récupérer les millions perdus aux mains des corrupteurs soient adoptées dans le prochain budget. « On ne peut pas avoir un deuxième budget sans faire le ménage », soutient Mme Harel.

« Je suis d'avis que les Montréalais en ont assez de voir ce désordre qui ne cesse de s'amplifier et que c'est le temps de calmer le jeu », explique le chef de la deuxième opposition, Richard Bergeron. « [Il est temps] de revoir posément le budget et de nous engager posément vers une année de transition qui nous conduira à l'élection de l'année prochaine. »

Bergeron en désaccord

Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, est en désaccord avec la position de Mme Harel, dont le parti prévoit boycotter l'étude du budget déposé par l'administration Tremblay. M. Bergeron estime que cette stratégie ne sert qu'à jeter de l'huile sur le feu.

« Mme Harel fait beaucoup de millage avec ça [tenter de récupérer les millions soutirés par la fraude dans le milieu des contrats publics], mais on sait très bien qu'on ne retrouvera pas ces sommes-là, avance le chef de Projet Montréal. On a perdu des centaines de millions de dollars. »

Il croit que les sommes perdues dans le système de collusion et de corruption dépassent largement les 750 000 $ et les 500 000 $ versés à MM. Surprenant et Luc Leclerc.

Il accuse Mme Harel de « faire du spectacle » avec le scandale mis au jour par la commission Charbonneau. Il soutient qu'elle se sert du scandale « pour faire augmenter l'émotivité du débat et scandaliser encore plus les gens. Mais, ce n'est pas à mon avis, une attitude responsable. »

INOLTRE SU HUFFPOST

La twittosphère commente les révélations du jour
La commission Charbonneau en bref
Construction: la (longue) marche vers une enquête