NOUVELLES

Fin de l'aventure

05/11/2012 11:11 EST | Actualisé 05/01/2013 05:12 EST

C'est la fin de la Tournée des joueurs, cette série de matchs amicaux organisée par Maxime Talbot et Bruno Gervais des Flyers de Philadelphie.

Un texte de Guillaume Lefrançois

Les deux fidèles complices en ont fait l'annonce lundi, près de deux semaines après les derniers matchs, disputés les 24 et 25 octobre à Saguenay.

Les partisans tentés d'y voir un lien avec la reprise des négociations entre la Ligue nationale de hockey et les joueurs en lock-out doivent toutefois tempérer leur enthousiasme. La décision a été prise avant les progrès de la fin de semaine.

« On avait des standards de qualité, on voulait que ce soit plaisant pour les partisans et les joueurs, a mentionné Gervais. Ça devenait difficile dans les derniers temps. Plusieurs bénévoles se sont donnés corps et âme. Des joueurs commençaient à regarder en Europe. On ne voulait pas finir en queue de poisson, on voulait finir fort. C'est ce qu'on a fait avec nos neuf matchs. »

Au final, les joueurs auront versé 402 527 $ à des oeuvres de charité des villes visitées par la tournée. Talbot et Gervais ont aussi offert à des joueurs québécois ou établis au Québec l'occasion de renouer avec le hockey organisé avec un niveau d'intensité acceptable, « les parties non professionnelles sans contact les plus intenses en Amérique du Nord », selon Talbot.

Mais avec des départs comme celui de Lars Eller vers la Finlande ou d'Andrei Markov vers la Russie, avec une tournée ontarienne qui attire Josh Gorges, Brian Gionta, Travis Moen et Guillaume Latendresse, le sérieux des matchs était menacé.

« On voulait garder un niveau compétitif, mais si on est pris à jouer avec moins de trois trios, si un attaquant est obligé de jouer défenseur, ça devient plus difficile », a admis Talbot.

L'exemple Pominville

Pour quiconque ayant assisté aux matchs de la tournée, il est évident que le calibre de jeu n'y était pas le même que dans les ligues professionnelles européennes. L'esprit bon enfant et le laxisme défensif donnaient aux duels des allures de match des étoiles.

Mais le calibre plaisait tout de même à certains, assez pour les convaincre de s'impliquer à fond dans le projet. C'est le cas de Jason Pominville.

« Il s'entraînait à Buffalo, mais il est venu parce qu'il voulait jouer, a raconté Talbot au sujet de l'attaquant des Sabres. Il nous a avertis que si ce n'était pas compétitif, il resterait à Buffalo. Et il nous a suivis tout le long. »

Crosby : des approches

Par ailleurs, Talbot a confirmé les dires de Sidney Crosby au Pittsburgh Post-Gazette. La semaine dernière, Crosby confiait au quotidien de la Pennsylvanie qu'il aurait aimé participer à la tournée, mais que des questions d'assurances l'en ont empêché.

« Crosby est très intelligent dans ses décisions, a rappelé Talbot. Même s'il n'y a pas de contact, il y a toujours un risque. S'il vient et qu'il se blesse, il a l'air fou, on a l'air fou. »

Comme l'a d'ailleurs rappelé un collègue sur place, il y a longtemps que « Sid », aurait mis le cap sur l'Europe si s'assurer n'était pas si compliqué.

PLUS: