NOUVELLES

La vente de la Davie suscite des réactions mitigées

01/11/2012 07:32 EDT | Actualisé 01/01/2013 05:12 EST

La transaction qui permettra à la compagnie britannique Zafiro Marine de mettre la main sur le chantier Davie de Lévis suscite des réactions mitigées. Certains croient que la vente assurera le développement du chantier à long terme, mais d'autres doutent d'une reprise rapide des activités.

Le député de Lévis, Christian Dubé de la Coalition Avenir Québec maintient qu'il faudra connaître toutes les conditions exigées pour l'acquisition du chantier. INS>J'espère que ceux qui sont en position de décision auront fait toutes les vérifications nécessaires pour s'assurer que ce sont les bons acheteurs, que les emplois seront protégés et que ça ne sera pas des gens qui vont partir avec les bateaux et le fonds de pension de la Davie, encore une fois », espère-t-il.

Un des acheteurs potentiels du chantier Davie va plus loin. Michel Juneau-Katsuya, qui dirige un groupe d'investisseurs étrangers, veut tenter de convaincre le gouvernement Marois de faire marche arrière. Il considère que c'est une erreur de permettre cette transaction.

« Ici, on a un joyau québécois, un joyau canadien, pis encore une fois on va compter sur des étrangers. Ce sont les mêmes étrangers qui se sont enquiquinés la même gang qui a fait l'échec de la Davie il y a trois ans, où l'on a coulé 580 millions de dollars et qu'on est parti avec la caisse au bout de la ligne », a-t-il dit.

Pour sa part, le député libéral et ancien ministre du Développement économique, Sam Hamad, se dit en faveur de cette transaction, mais il pose une condition. Il faudra que la compagnie britannique puisse acheter le chantier sans demander des sommes d'argent supplémentaires au gouvernement.

Des appuis

Le président du chantier Méridien Maritime, Angelo Marcotte, espère devenir un sous-traitant pour la Davie. Il a déjà eu des discussions avec le futur propriétaire du chantier maritime de Lévis, la compagnie Zafiro Marine. « C'est un joueur qui a les reins assez solides pour faire tourner ce chantier-là de façon privée »dit-il. Le chantier de Matane avait déjà manifesté son intérêt pour l'achat de la Davie en compagnie de son partenaire norvégien STX-OSV.

Même son de cloche du président des travailleurs de la Davie qui a rencontré à quelques reprises les dirigeants de Zafiro Marine. Paul-André Brulotte regarde l'avenir avec optimiste « Ils ne viennent pas ici pour compléter trois navires, ils viennent ici pour du long terme » affirme-t-il.

Pour l'instant, la compagnie britannique et le gouvernement préfèrent attendre que la transaction soit conclue en bonne et due forme avec le propriétaire actuel, l'Ontarienne Upper Lakes, avant de commenter.

La vente du chantier maritime Davie devrait être complétée d'ici deux semaines.

PLUS: