NOUVELLES
28/10/2012 12:22 EDT | Actualisé 28/12/2012 05:12 EST

Visite au cœur du nouveau Centre hospitalier de l'Université de Montréal (PHOTOS)

Geoffrey Dirat

Les premiers patients sont attendus pour 2016 dans le nouveau Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM). D'ici là, des centaines de travailleurs de la construction s'affairent à donner vie au futur plus grand hôpital universitaire francophone en Amérique du Nord, et ce, en plein cœur du centre-ville de Montréal. Zoom sur un projet attendu depuis des années et qui a déjà fait couler beaucoup d'encre.

Il a fallu attendre près de dix ans avant d'assister à la première pelletée de terre du futur CHUM. S'ajoutent à ça de nombreux changements impliquant le choix du terrain et du lieu ainsi que deux gouvernements. Pourtant, une fois lancée, il semble que la construction, elle, va bon train.

«L'échéancier et le budget du projet sont jusqu'à maintenant respectés tant pour le CHUM qu'au niveau du Centre de recherche, que nous allons livrer, lui, vers septembre 2013», précise Jacques Morency, directeur associé pour le projet du nouveau CHUM.

La construction va tellement bien que, de l'aveu du directeur associé, les quarts de travail de dix heures par jour des ouvriers sont respectés. Donc, pas besoin réellement d'avoir recours à des heures supplémentaires pour s'assurer du respect de l'échéancier. Une donnée essentielle afin de maintenir l'harmonie avec les bailleurs de fonds, dit M. Morency.

«À chaque mois, nous avons la visite de vérificateurs des banques. Ils viennent s'assurer que le chantier est respecté selon l'échéancier que nous nous sommes fixé», explique-t-il. Un mécanisme qui permet, de plus, de suivre à la loupe le développement du chantier.

Des grues au cœur du centre-ville

Dans le trou actuel où sera situé le futur CHUM, on retrouve trois grosses grues. Au centre de la structure se retrouvera les cages d'ascenseurs de l'établissement. Près des grues, des gros bras mécaniques servent pour le béton, un outil primordial pour gagner du temps et faciliter le boulot des travailleurs.

«Le projet s'échelonne sur 122 mois au total. Actuellement, nous sommes au 17e des 56 mois de la première phase», explique M. Morency. Un peu plus de 120 travailleurs s'affairent sur le chantier du CHUM.

En même temps que les premiers étages s'élèvent en hauteur, une autre équipe travaille à compléter les plans de conception. Une étape qui devrait se terminer d'ici la fin de 2012. Entre temps, les ouvriers vont continuer à préparer le terrain et les étages.

Parmi les étapes complétées, il y a la construction du tunnel piétonnier sous la rue Viger, reliant le pavillon principal au centre d'enseignement et de recherche. La taille du tunnel est impressionnante, tant en hauteur qu'au niveau de la structure du béton qui s'y trouve. À noter, ce passage sera séparé en deux: une portion pour les personnels et l'hôpital et, de l'autre côté, celui de la clientèle. Pourquoi une telle séparation ? «Celui du personnel sera un endroit plus stérilisé où les gens vont marcher en sarrau et en petits souliers. Tandis que de l'autre, les gens vont marcher avec leurs bottes, par exemple», explique M. Morency.

Près de l'entrée du tunnel, lors du passage du Huffington Post Québec sur le chantier, nous avons eu la chance de descendre au sous-sol de la future structure, sous la première dalle de béton.

Qu'est-ce qu'on y trouve ? Rien de moins qu'une forêt d'acier qui sert à soutenir la structure. Cette dernière sera enlevée dans les prochaines étapes, une fois que les étages prendront places. À retenir, le sous-sol du futur CHUM abritera un stationnement pouvant accueillir 1354 véhicules.

Estimé à 2,89 milliards de dollars, le projet du CHUM aura une superficie de 268 000 mètres carrées et pas moins de 772 chambres individuelles. L'ensemble du complexe sera vitré, ce qui donnera une vue magnifique sur le Vieux-Montréal, mais également sur l'ensemble du centre-ville.

Bientôt le Centre de recherche

Situé tout près du métro Champ-de-Mars, le Centre de recherche sera le premier édifice à être fonctionnel.

Une fois à l'intérieur, il est surprenant de constater la hauteur des plafonds ainsi que la grandeur des lieux. Uniquement pour l'entrée principale, qui donne sur la rue Saint-Denis, il est impressionnant de voir tout l'espace qu'il y a. Même chose pour l'agora, située aux palliers supérieurs, où la vue sur Montréal est à couper le souffle. Il s'agira d'un superbe cadre de travail pour les chercheurs et futurs étudiants en médecine.

«Il y a d'actuel chercheurs et médecins qui sont venus visiter le Centre de recherche et qui ont demandé, à la blague, s'ils pouvaient revenir faire leur PhD», ricane Michel Leblanc, directeur du projet.

Au sous-sol du Centre de recherche se trouve le cyclotron, le petit dernier du Centre de recherche qui fait la fierté du directeur du projet. L'appareil est situé dans une pièce hautement sécurisée, où les risques sont réduits à zéro. Un plus pour le CHUM et ses chercheurs, conclut M. Leblanc. Plus de 500 travailleurs s'affairent actuellement dans le Centre de recherche.

INOLTRE SU HUFFPOST

Dans les entrailles du CHUM