DIVERTISSEMENT
28/10/2012 10:03 EDT | Actualisé 28/12/2012 05:12 EST

Gala de l'ADISQ: les réactions des gagnants

Presse canadienne

L'année qui se termine en a été une très faste pour la chanson québécoise, et le 34e Gala de l'ADISQ a bien reflété la diversité des artistes qui se sont démarqués dans les derniers mois. Voici quelques réactions des gagnants de la grand-messe annuelle de la musique d'ici.

Richard Desjardins, Spectacle de l'année, auteur, compositeur, interprète - L'existoire:

« Dans un vote de l' ADISQ, il y a beaucoup de personnes qui votent, des centaines et des centaines de personnes. Ces gens sont libres de voter pour qui ils veulent, et ils sont les antennes du public. Je pense donc que ce vote en est un populaire, en dehors de toutes considérations commerciales. À un moment donné, tu touches le cœur des gens ou tu ne le touches pas... » (Richard Desjardins a aussi remporté le Félix de l'Album de l'année contemporain pour L'existoire).

Daniel Lavoie, représentant de la troupe de Douze hommes rapaillés, Spectacle de l'année, interprète:

« Ce trophée est réconfortant. Ça réconforte de savoir que les préjugés qu'on peut parfois avoir envers le public ne sont pas fondés. On dit toujours que ça prend des chansons légères et sans consistance pour plaire et avoir du succès, et ce projet vient prouver tout à fait le contraire. Quand quelque chose est bon et bien fait, ça peut marcher. Ça donne courage ! »

Avec pas d'casque, Auteur ou compositeur de l'année - Astronomie:

« Ce prix est synonyme, pour nous, de joie, de bonheur, de validation de notre instinct... Il nous fait particulièrement plaisir, parce qu'on a bûché fort autant sur les textes que sur les musiques. On est vraiment très contents! »

Fred Pellerin, Album folk de l'année - C'est un monde:

« Je pensais sincèrement que Lisa LeBlanc allait l'emporter dans cette catégorie. Cette année, avec Richard Desjardins, Lisa LeBlanc et les Hommes rapaillés qui ont gagné des prix, ça nous indique qu'il reste de la poésie dans l'industrie de la chanson. Ça donne espoir pour la chanson. »

Cœur de pirate, Album pop de l'année - Blonde:

« Je suis vraiment énervée ! Je suis toujours super contente que les gens aiment mes chansons. Avec l'année que j'ai eue, je suis fatiguée et j'ai envie de dormir ! Je dormirais pour les six prochains mois, mais je ne peux pas ! »

Renée Martel, Trophée-hommage:

« En ce moment, je ressens beaucoup de nervosité et d’émotion, mais aussi beaucoup d’affection et de tendresse pour les gens qui étaient sur scène, pour le public, pour tous les gens qui ont fait en sorte que je suis encore là, aujourd’hui, et que je reçois ce trophée. Je ne m’attendais pas de recevoir ce trophée-hommage ce soir. Je trouve qu’il tombe à point, mais j’espère tellement qu’il ne signifie pas que ma carrière achève ! Vous n’avez pas fini de me voir, j’ai encore mille et un projets ! (rires). »

Mes Aïeux, Groupe de l’année:

« À chaque Félix, on a un effet de surprise. À chaque fois, on se dit que ça ne sera pas nous autres. En même temps, on est en nomination, alors, ça se peut. Tous les groupes qui sont là auraient pu gagner, pour différentes raisons. On est extrêmement contents de voir que le public nous suit encore après toutes ces années, parce qu’on prend des chances. On est rendus à notre sixième album, on est tous dans la quarantaine, on fait de la musique qui nous ressemble, et on se dit que qui nous aime, nous suive. Ça nous donne du gaz pour continuer et c’est toujours très agréable. »

Vincent Vallières, Interprète masculin de l’année:

« Je suis à la fois ému et content, mais je n’ai pas beaucoup de mots, présentement. C’était important pour moi de remercier, sur scène, les gens qui sont là depuis le début, comme les gars de mon band. Ça fait plusieurs années qu’ils m’accompagnent, et ils m’ont beaucoup donné. Les gens qui nous accompagnent dans le quotidien, ce sont eux qui nous assistent dans nos hauts et nos bas et qui nous font cheminer. »

Marie-Mai a reçu le Félix de la Chanson de l’année pour son titre Sans cri ni haine. La jeune artiste n’a toutefois pu venir chercher son prix, retenue à Paris pour des engagements professionnels. Gregory Charles a remercié en son nom pendant le gala.

Sacrée Révélation de l’année, l’auteure-compositrice-interprète Lisa LeBlanc est passée en coup de vent dans la salle de presse. Le Huffington Post Québec n’a ainsi pu s’entretenir avec elle.

INOLTRE SU HUFFPOST

ADISQ 2012: les gagnants
ADISQ 2012: le tapis rouge
Quelques finalistes au Gala de l'ADISQ 2012
ADISQ 2012: les réactions sur Twitter