NOUVELLES
26/10/2012 09:06 EDT | Actualisé 26/12/2012 05:12 EST

Des fortunes gênantes pour le Parti communiste chinois

Les fortunes amassées par le premier ministre chinois Wen Jiabao et des membres de sa famille plongent le Parti communiste chinois dans l'embarras à moins de 15 jours de l'ouverture du congrès du parti.

Une enquête du New York Times révèle que M. Wen et ses proches ont amassé une fortune d'au moins 2,7 milliards de dollars.

À la lumière des révélations de l'enquête du New York Times, les autorités chinoises ont censuré les mots clés « Wen Jiabao » et « New York Times » sur l'équivalent chinois de Twitter, Sina Weibo. L'accès au site du quotidien américain a également été neutralisé. Pékin a dénoncé le reportage « diffamatoire » du journal américain qui est serait motivé par des « arrière-pensées ».

Affectueusement surnommé « grand-père Wen », le premier ministre aime rappeler ses origines modestes et cultiver son image « d'homme populaire ». Il se retrouve sur la sellette avec les révélations qui relatent l'incroyable réussite de la famille de M. Wen dans des milieux comme les hôtels de luxe, la joaillerie, la finance internationale, les stations touristiques, les sociétés de télécommunications et des projets d'infrastructures. La mère du premier ministre, Yan Zhiyun, était une institutrice et son père élevait des porcs dans le cadre des campagnes maoïstes du retour à la campagne.

Aujourd'hui âgée de 90 ans, la mère du premier ministre aurait investi quelque 120 millions de dollars dans une société chinoise de services financiers. « Dans de nombreux cas, les noms des proches (de Wen) se dissimulent derrière plusieurs paravents et des secteurs d'investissement impliquant des amis, des collègues de travail et des associés », explique le quotidien.

Des fortunes étatiques?

La réussite de la famille Wen éclabousse l'ensemble du pouvoir chinois car plusieurs de leurs investissements impliquent de puissantes sociétés chinoises. Des décisions de ces sociétés d'État dépendent souvent d'agences gouvernementales supervisées par le premier ministre Wen. La femme du premier ministre, Zhang Belli, a notamment fait fortune dans les pierres précieuses, un secteur économique strictement régi par l'État. Or, l'ascension de Mme Zhang s'est accélérée après que son mari eut atteint les hautes sphères du pouvoir chinois.

Le fils unique du couple, Wen Yunsong, a fait fortune en vendant son entreprise de technologie à la famille d'un magnat de Hong Kong avant de fonder une société d'investissement qui est devenue l'une des plus importantes du pays.

Le frère du premier ministre a bénéficié de contrats de plus de 30 millions de dollars attribués par l'État dans le domaine du retraitement des déchets.

Les scandales s'accumulent

Wen Jiabao avait déclaré aux hauts dirigeants du Parti communiste qu'ils devaient veiller à ce que les membres de leur famille et leurs proches n'abusent pas de leur influence. Or, les révélations surviennent au moment où le parti tente de redorer son image à la suite du scandale qui a entraîné la chute de l'ancienne étoile montante de la politique chinoise Bo Xilai.

Les dernières révélations entourant la famille Wen viennent conforter la conviction de la majorité de la population chinoise, qui estime que les haut-dirigeants communistes bénéficient de nombreux privilèges. Les révélations sur la fortune de la famille Wen s'ajoutent à celles, divulguées par une enquête de l'agence financière Bloomberg, qui faisaient état de la fortune du vice-président Xi Jinping. Ce dernier, qui doit succéder au président Hu Jintao, et ses proches auraient cumulé une fortune de plusieurs centaines de millions de dollars.

PLUS: