NOUVELLES
24/10/2012 08:58 EDT | Actualisé 24/12/2012 05:12 EST

Recensement: le français est moins parlé à la maison au Québec, selon Statistique Canada

radio-canada

Si le français est désormais moins utilisé de façon générale autour de la table familiale québécoise, les immigrants, eux, sont de plus en plus nombreux à parler la langue de Molière à la maison.

C'est ce qu'ont notamment révélé les dernières données du recensement de 2011, dévoilées mercredi par Statistique Canada. Sur presque tous les plans, le français poursuit son déclin au Québec - comme ailleurs au Canada - et la langue parlée le plus souvent à la maison ne fait pas exception.

Ainsi, la proportion de la population québécoise ayant déclaré le français comme langue la plus parlée au foyer a légèrement diminué, passant de 82,7 % en 2006 à 82,5 % l'an dernier.

Mais alors que la situation linguistique au Québec a somme toute peu bougé depuis 2006, l'un des changements est survenu au niveau des immigrants dont la première langue est autre que le français ou l'anglais. Ceux-ci parlent de plus en plus le français à la maison.

Alors qu'ils étaient 21 % en 2001 et près de 23 pour cent en 2006, ils sont maintenant 24 pour cent à utiliser le français au sein de leur foyer.

L'anglais a connu un recul pendant la même période.

De plus, c'est la population immigrante qui a déclaré parler à la maison à la fois le français et une langue autre que l'anglais qui a connu la plus forte augmentation, passant de 3,8 pour cent en 2006 à cinq pour cent l'an dernier.

Les données sur la langue parlée à la maison pourraient avoir un effet important sur le futur du français comme langue maternelle au Québec.

Car la langue parlée le plus souvent à la maison est celle qui sera probablement transmise aux enfants, est-il noté dans l'analyse de Statistique Canada.

Et la diversité est de plus en plus présente au pays. Un cinquième de la population du Canada parlait une langue autre que le français ou l'anglais en 2011.

D'autres informations vont suivre.