Depuis la mise en place des radars photo au Québec, certains automobilistes fixent sur leur véhicule une fausse plaque, qui est la copie d'une vraie. C'est ainsi le propriétaire du véhicule dont la plaque a été copiée qui reçoit les contraventions du fraudeur.

Le phénomène, appelé la « doublette », est tellement récent au Québec que c'est l'équipe de La Facture qui en a informé la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).

La Facture a rencontré Gilles Burelle, un automobiliste victime d'un de ces fraudeurs. Pendant qu'il était en Europe, M. Burelle a reçu sept constats d'infraction et une facture du pont à péage de l'autoroute 25.

La photo de la facture du pont à péage ne laisse pas de doute, il s'agit bel et bien du numéro de sa plaque.

Gilles Burelle a porté plainte à la police. Il a contesté les constats et la facture. Mais c'est à lui de prouver qu'il est victime d'une fraude.

En parcourant le secteur où les infractions ont été constatées, Gilles Burelle a découvert un camion qui portait la même plaque d'immatriculation que son véhicule. En fait, il ne s'agissait pas d'une plaque, mais plutôt de deux moitiés de plaque.

Gilles Burelle a prévenu la police, après quoi les constats d'infraction et la facture ont été retirés.

La Société de l'assurance automobile du Québec ignorait alors l'existence du phénomène, tandis que du côté du service de police de Montréal, le commandant Pierre Rousseau soutient qu'il n'y a eu que six cas signalés au cours des trois dernières années.

En France, où les radars photo sont présents depuis plusieurs années, cette fraude est bien connue. « Si le Québec instaure ce système de radar automatique avec envoi de procès-verbal, vous aussi, vous allez avoir ce problème de doublette, parce que des petits malins vont vouloir passer à travers les mailles du filet », estime Sébastien Dufour, avocat à Paris.

Le reportage complet de Pierre Craig et Nancy Desjardins sera diffusé mardi soir à 19 h 30, à la télévision de Radio-Canada.