POLITIQUE

Le PQ rétablira un comité de vérification qui surveille les travaux municipaux

22/10/2012 11:44 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST
Agence QMI

QUÉBEC - Le ministre des Affaires municipales Sylvain Gaudreault rétablira un comité de vérification chargé d'examiner l'utilisation des subventions pour les travaux d'infrastructures.

M. Gaudreault a affirmé que l'abolition de ce comité de cinq vérificateurs avait été décidée par les libéraux pendant la période de transition qui a suivi l'élection du 4 septembre, avant l'assermentation du gouvernement péquiste.

«C'est une décision du gouvernement libéral que je déplore et que j'ai renversée dès que j'ai pu», a-t-il dit lors d'une entrevue.

Même si le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT) affirme qu'il s'agit d'une décision administrative, M. Gaudreault croit que son prédécesseur libéral, Laurent Lessard, est responsable.

«Quand on est ministre, on a la responsabilité ministérielle, on est responsable de ce qui se passe au ministère et des décisions qui sont prises, a-t-il dit. Les libéraux auraient pu bloquer cette décision.»

Le Devoir a révélé lundi que le MAMROT avait aboli ce comité de cinq vérificateurs, dont quatre comptables.

Selon le ministère, ces personnes, qui examinaient les réclamations à la suite d'une subvention, avaient été réaffectées à la vérification de l'attribution des contrats dans les municipalités.

«Ce n'est pas négociable, la lutte au risque de corruption ou de dépassements de coûts, a dit M. Gaudreault. Et le comité de vérification des subventions, pour moi c'était absolument essentiel qu'il demeure en fonction.»

M. Gaudreault a soutenu que les chiffres du ministère indiquent que ces vérifications permettent des économies de 5 millions $ par année, après l'attribution de subventions pour des travaux d'infrastructures, comme la réfection d'égoûts.

Les libéraux ont refusé de commenter la situation, mais l'attaché de presse Charles Robert a affirmé que l'abolition du comité était une décision administrative.

«Ce n'était pas une demande du ministre, a-t-il dit. C'est une décision qui a été prise et qui regarde la gestion des compétences au ministère et ça relève du sous-ministre.»

M. Gaudreault n'a pas été en mesure de dire quand les cinq vérificateurs reprendront leurs tâches, mais selon lui cela ne saurait tarder.

Une porte-parole du MAMROT, Émilie Lord, a expliqué que malgré la réaffectation prévue des cinq vérificateurs, leur travail aurait continué d'être effectué aux frais des municipalités, qui se seraient tournées vers des firmes externes.

«Il y aurait eu quand même des vérifications, c'est juste qu'elles n'auraient pas été faites par des vérificateurs ici», a-t-elle dit.

Le député de Québec solidaire Amir Khadir a déclaré qu'en renversant cette décision, M. Gaudreault assure que l'expertise de vérification soit préservée.

«Là où le bât blesse, c'est quand on n'a pas d'expertise à l'interne et qu'on confie ça à l'externe, on perd le contrôle et on se ramasse avec des problèmes», a-t-il dit lors d'un point de presse à la suite d'un caucus.

INOLTRE SU HUFFPOST

Construction: la (longue) marche vers une enquête
La commission Charbonneau en bref