Huffpost Canada Quebec qc

18e édition : Cinémania célèbre Miller et reçoit Bonnaire

Publication: Mis à jour:
Logo du Cinémania.
Logo du Cinémania.

La 18e édition du festival de films francophones Cinémania se déroulera du 1er au 11 novembre prochain. L'événement mettra cette année à l'avant-plan 46 longs-métrages (35 primeurs et 11 films de rétrospective) provenant de la France, la Belgique ou le Maroc, dont 18 seront présentés en grande première nord-américaine. Plusieurs des œuvres sélectionnées ont par ailleurs déjà causé des remous dans les derniers mois, au Festival de Cannes et à la Mostra de Venise.

Maidy Teitelbaum, Natalie Bélanger et Guilhem Caillard, respectivement présidente, directrice générale et coordonnateur à la programmation de Cinémania, ont procédé lundi matin à l'annonce des titres qui feront vibrer les cinéphiles pendant ces 10 jours consacrés au meilleur du septième art dans la langue de Molière.

Le très attendu De rouille et d'os, du réalisateur Jacques Audiard, sera projeté en ouverture de la fête, en présence de l'acteur Matthias Schoen, tandis que c'est L'homme qui rit, de Jean-Pierre Améris, qui clôturera le festival. La jeune révélation Christa Théret sera à Montréal pour l'occasion.

Au chapitre des autres activités à surveiller, mentionnons l'hommage à Claude Miller, qui aura lieu le 2 novembre. Annie Miller, l'épouse du regretté cinéaste, sera sur place pour la diffusion de l'ultime film de son conjoint, Thérèse Desqueyroux, ainsi que quatre autres de ses grands classiques.

L'après-midi et la soirée du 5 novembre seront dédiés à la crème de la relève du grand écran belge, tandis que l'actrice de renommée internationale Sandrine Bonnaire sera l'objet d'une rétrospective et d'une rencontre avec le public, entre le 1er et le 6 novembre. Son premier opus de fiction à titre de réalisatrice, J'enrage de son absence, mettant en vedette William Hurt, sera alors décliné pour la première fois au Canada.

Autre nouveauté digne de mention, le Prix du Public TFO sera remis au Meilleur premier long-métrage et sera assorti d'une bourse décernée au cinéaste lauréat pour le développement de son prochain projet. Une délégation de 13 invités spéciaux, acteurs et réalisateurs, est en outre attendue tout au long du festival.

Un grand défi

Pour Natalie Bélanger, qui fait partie de l'équipe de Cinémania depuis l'an dernier, l'un des grands défis du festival demeure d'intéresser les Montréalais au cinéma français, lequel génère encore quantité de préjugés chez ceux qui n'y sont pas initiés.

« C'est très difficile, a reconnu la directrice. Il faut cibler le fait que notre sélection en est une de grande qualité. C'est pour cette raison qu'on fait un festival; pour montrer la meilleure mouture de l'année. Ainsi, les gens peuvent se déplacer et voir que tout est là. L'autre problème, c'est que le film québécois est extrêmement fort, en ce moment. Il y a une transition qui s'est faite. Nous, on offre une variété, avec de grands noms du cinéma français. Nos invités prennent le temps de venir ici parce qu'ils veulent voir le public encenser leurs films. C'est important pour eux de le faire. »

En ce qui a trait à l'offre plutôt abondante d'événements cinématographiques, qui se succèdent par les temps qui courent, la dame ne la perçoit pas nécessairement comme un obstacle.

« Chacun a sa place, a-t-elle spécifié. Le FFM est là depuis toujours, ou presque. Le FNC, depuis moins longtemps, mais il a son créneau. Les RIDM sont consacrés aux documentaires, le FIFA, à l'art, et le FIFEM, aux enfants. Chacun a sa niche et tout le monde y trouve son compte. C'est vrai que l'automne est chargé pour les cinéphiles, mais c'est une saison qui s'y prête bien. »

Pour en savoir plus sur la programmation de Cinémania, on consulte le www.festivalcinemania.com. Les billets seront en vente au cinéma Impérial à compter du 1er novembre.