DIVERTISSEMENT

«Alain Lefèvre», par Georges Nicholson: Lefèvre se livre sans pudeur (VIDÉO)

22/10/2012 02:15 EDT | Actualisé 22/12/2012 05:12 EST
Marie-Josée Roy

Le lundi 17 septembre 1984, Alain Lefèvre faisait ses débuts en sol nord-américain, au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Dans la salle, se trouvait ce jour-là Georges Nicholson, alors critique musical à Radio-Canada. Subjugué par le talent du pianiste-compositeur de 22 ans, le journaliste a fait, dans son compte-rendu du concert, de nombreux commentaires fort élogieux. Il n'en fallait pas plus pour que les deux hommes fraternisent et, depuis, une solide amitié s'est dessinée entre eux.

Près de 30 ans plus tard, cette complicité se matérialise dans le portrait biographique d'Alain Lefèvre signé par Georges Nicholson et lancé il y a quelques jours à l'Hôtel Saint-James à Montréal, et actuellement en librairie. Dans ce livre, l'artiste que plusieurs qualifient de génie se raconte sans faux-fuyants, se confiant notamment à propos de son enfance de jeune prodige parsemée d'écueils, son ascension faite de hauts et de bas et la rencontre avec la femme de sa vie, Johanne Martineau. Il aura fallu au duo environ un an de rencontres et de discussions pour livrer le récit de la vie mouvementée de cet homme, qui vient pourtant à peine de fêter ses 50 ans.

«Pour les gens qui connaissent ma modeste vie, c'était important d'avoir la vérité», a expliqué Monsieur Lefèvre. «Il y a des choses que j'ai dit à Georges que je n'aurais dit à personne d'autre. Je peux lui faire confiance, et il n'a pas trahi cette confiance. Il savait qu'il y avait des endroits où il ne pouvait pas aller, et il a fait preuve de beaucoup de sensibilité. Il savait que mon cœur était fragile et que, d'un coup de plume, il pouvait me blesser.»

«Le livre ne tombe jamais dans un côté sensationnaliste», a poursuivi le virtuose. «En même temps, on voulait quelque chose qui soit vrai, honnête. On ne peut pas écrire des affaires pour se rendre compte, quelques années plus tard, que c'était faux.»

«On ne voulait pas non plus verser dans l'infopublicité ou le reportage», a pour sa part précisé Monsieur Nicholson.

«Simplement reprendre le matériel qui était là et le reproduire, ça aurait été sans intérêt. Ici, on présente Alain, avec ses paroles et à travers tout ce que j'ai pu vérifier avec tout le monde et avec des documents. C'est un portrait, une façon de dire les choses et de voir à travers ses yeux.»

Et quels enseignements le tandem voudrait-il que les lecteurs retiennent après avoir refermé le bouquin?

«Je voudrais dire aux jeunes musiciens qui n'ont pas la chance d'avoir des gens qui mettent des milliers de dollars dans leur carrière de ne jamais se décourager», a déclaré Alain Lefèvre avec conviction. «Lisez le livre; vous allez voir que tout a été difficile pour moi. Ce ne sont pas les millions qui font la carrière, mais l'âme et le cœur.»

«Moi, je voudrais qu'on retienne que mon ami Alain est quelqu'un de vraiment, vraiment extraordinaire», a renchéri Georges Nicholson. «Si c'est le cas, on a tout compris !»