POLITIQUE

Politique: les libéraux de l'Ontario choisiront leur nouveau chef en janvier

21/10/2012 09:15 EDT | Actualisé 21/12/2012 05:12 EST
CP

TORONTO - Le Parti libéral de l'Ontario a choisi la fin du mois de janvier pour élire son nouveau chef qui remplacera le premier ministre sortant Dalton McGuinty et mettra fin à la prorogation de l'Assemblée législative de la province.

M. McGuinty, qui a démissionné lundi dernier à la surprise générale et prorogé du même coup l'Assemblée législative, a déclaré que son successeur devrait décider quand les députés ontariens pourraient reprendre le travail.

Le conseil exécutif du Parti libéral a décrété que le congrès à la direction aura lieu le dimanche 25 janvier 2013.

Les partis de l'opposition, que la prorogation a rendus furieux, ont rapidement dénoncé cette date, estimant qu'elle créerait un délai beaucoup trop long pour la reprise des travaux de l'Assemblée législative.

Le Parti progressiste-conservateur et le Nouveau Parti démocratique de l'Ontario continuent à exhorter Dalton McGuinty à revenir sur sa décision de suspendre la présente session législative.

Ils soutiennent que Queen's Park a été prorogée afin d'éviter que la décision du gouvernement libéral d'annuler deux projets de centrales au gaz à Oakville et à Mississauga ne fasse l'objet d'un examen de la part des députés.

L'opposition fait également valoir qu'il n'y a aucune raison qui empêcherait les libéraux de tenir leur course à la direction alors que l'Assemblée législative siège.

Les personnes intéressées à succéder à M. McGuinty ont jusqu'au 23 novembre à 17 h pour soumettre leur dossier. Elles doivent recueillir les signatures de 250 membres du parti et payer 50 000 $ comme frais d'inscription. Les dépenses pour la campagne ne devront pas excéder 500 000 $.

L'un des candidats potentiels les plus en vue, le président du Parti libéral de l'Ontario Yasir Naqvi, a refusé de se lancer dans la course dimanche pour des raisons familiales.

Plusieurs membres du cabinet de Dalton McGuinty pourraient tenter leur chance, dont le ministre des Finances, Dwight Duncan, et la ministre de la Santé, Deb Matthews.

M. McGuinty a exigé que ses ministres démissionnent de leur poste s'ils voulaient briguer la direction de la formation politique.