NOUVELLES

Les cols bleus de Montréal votent sur le renouvellement de leur convention

20/10/2012 05:45 EDT | Actualisé 20/12/2012 05:12 EST
SRC

MONTRÉAL - Les cols bleus de Montréal ont entériné l’entente de principe contractuelle conclue le 11 octobre entre la Ville et leur syndicat. Les 3000 membres réunis au Palais des congrès de Montréal ont voté en faveur de la nouvelle convention dans une proportion de 95,4 pour cent.

Le nouveau contrat de travail d'une durée de cinq ans prendra fin en décembre 2017. Il prévoit des augmentations salariales de 2 pour cent pour les trois premières années et de 2,5 pour cent pour les deux suivantes.

Le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Michael Applebaum, s'est dit satisfait de voir qu'un règlement a été si vite conclu entre les parties.

Selon le syndicat, cette nouvelle convention offre aux 1200 travailleurs auxiliaires un accès aux assurances collectives, ce qui est considéré comme un gain significatif.

Le comité de négociations du Syndicat des employés des cols bleus regroupés de Montréal affiliés au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a présenté l'offre en assemblée générale, samedi, au Palais des congrès de Montréal.

L’entente de principe est survenue trois mois avant l'échéance de la convention le 31 décembre. Le nouveau contrat de travail touche quelque 4400 cols bleus.

Le président du syndicat, Michel Parent, a indiqué que la célérité du règlement tient au fait que les données étaient connues dès le débat.

«Les situations des régimes de retraite, on savait que c'était réel. Depuis mars 2011 nous travaillions à régler le problème et tant qu'à régler, nous y avons attaché aussi la convention», a-t-il indiqué au terme de l'assemblée.

La nouvelle convention prévoit aussi la création d'une liste centrale de transfert de métiers entre les 19 arrondissements afin de faciliter le mouvement du personnel. La Ville s'est aussi engagée à développer l'expertise à l'interne et de rapatrier des services offerts par la sous-traitance.

La Ville espère que cette entente avec les cols bleus permettra d'accélérer les négociations avec ses autres employés cols blancs, les pompiers et les policiers.

«Nous avons fait une présentation auprès des pompiers. Pour le SPVM (Service de police de la Ville de Montréal), c'est plus difficile. Si nous ne parvenons pas à une entente, nous devrons aller en arbitrage ou demander au gouvernement d'intervenir», a affirmé M. Applebaum.

Le président de comité exécutif a répété que l'objectif de la Ville de Montréal est d'économiser 50 millions $ par année avec les régimes de retraite.