NOUVELLES

Les lecteurs francophones s'arrachent <i>Cinquante nuances de Grey</i>

19/10/2012 03:53 EDT | Actualisé 18/12/2012 05:12 EST

La traduction française de la trilogie à succès de l'auteure britannique E. L. James sur les aventures sulfureuses d'Anastasia Steele et de Christian Grey semble promise à un avenir aussi brillant que la version originale, si l'on se fie à l'engouement créé par l'arrivée en librairie du premier tome, Cinquante nuances de Grey.

Depuis sa sortie au Québec le 4 octobre, le roman s'est en effet hissé au sommet des palmarès de Renaud-Bray et d'Archambault. En France, où le livre a été lancé mercredi, l'éditeur français JC Lattès estime qu'entre 80 000 et 100 000 exemplaires ont été vendus en deux jours.

Le titre a d'ailleurs bénéficié d'une importante diffusion avec 60 000 exemplaires en sol québécois, et 350 000 en France, sur une impression initiale de 530 000 exemplaires, d'après les chiffres fournis par Hachette Canada et ceux rapportés en France par l'agence de presse SIPA.

Selon Fabienne Corriveau, relationniste pour Hachette Canada, qui distribue Cinquante nuances de Grey au Québec, il est très rare qu'un livre fasse l'objet d'une telle distribution ici, même dans le cas des titres importants et attendus comme l'était celui-ci.

Le fait que les lecteurs québécois aient pu mettre la main sur la version française du roman deux semaines avant les lecteurs français est aussi exceptionnel.

Généralement, les nouveautés publiées par les éditeurs français mettent un mois à se rendre dans les librairies du Québec ou, au mieux, sortent simultanément des deux côtés de l'Atlantique.

PLUS: