NOUVELLES
18/10/2012 09:48 EDT | Actualisé 18/12/2012 05:12 EST

Les utilisateurs de BlackBerry sont-ils des has been?

GETTY

PARIS - «J'en ai honte»: la petite phrase d'une utilisatrice américaine de BlackBerry a relancé en début de semaine la guerre des smartphones, poussant le constructeur canadien du terminal, Research in Motion (TSX:RIM), à sortir de sa réserve.

Dans un article du quotidien New York Times publié lundi, des usagers se déchaînent sur le terminal mobile, l'ancêtre du secteur devenu avec le temps un «aimant à moqueries et dérisions». Conception ancienne qui provoque la «honte» de ses utilisateurs, fonctionnalités poussiéreuses, autonomie limitée, messagerie BBM qui tombe en désuétude : ces critiques, largement reprises par les réseaux sociaux et la presse mondiale, ont suscité plus de 400 commentaires sur le site du journal.

L'entreprise RIM a contre-attaqué mercredi. «Avec plus de 80 millions d'utilisateurs, BlackBerry grandit et demeure un des téléphones intelligents les plus populaires au monde», a déclaré son président et chef de la direction Thorsten Heins dans un droit de réponse. «BlackBerry reste le leader dans les solutions sécurisées pour les entreprises, et c'est pour cela que 90 pour cent des 500 plus grandes entreprises américaines (selon le classement Fortune, ndlr) comptent sur BlackBerry», a-t-il assuré.

Le quotidien américain relate pourtant qu'un des premiers changements mis en place par Marissa Mayer, la nouvelle patronne de Yahoo!, a été de remplacer les BlackBerry de ses employés par des iPhone ou des téléphones sous Android. La Maison Blanche, qui utilisait BlackBerry pour des questions de sécurité, est aussi récemment passée à l'iPhone — et sous la pression de ses employés, qui voulaient utiliser leur iPhone, la banque américaine Goldman Sachs a également craqué.

La réputation de sécurité de BlackBerry a été écornée après plusieurs pannes de ses services en 2011. En 2012, les utilisateurs du Blackberry ont été affectés par une panne le 21 septembre dernier en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, le jour même où le dernier né d'Apple, l'iPhone 5, était commercialisé.

RIM a distribué 7,4 millions de Blackberry au second semestre fiscal 2012, contre 10,6 millions l'année dernière sur la même période. Des analystes stratégiques américains estiment que Nokia devrait vendre 8 millions de téléphones intelligents, Samsung 55 millions d'unités et 27 millions d'iPhones au troisième semestre 2012. Toutefois, si ses parts de marchés décroissent en Amérique du Nord, les ventes de BlackBerry augmentent dans les marchés émergents, ce qui lui permet de continuer à élargir sa base clients.

L'entreprise canadienne mise également sur son nouveau terminal, BlackBerry 10, dont la sortie a été repoussée plusieurs fois.