NOUVELLES

Étude sur les finances publiques : l'Ontario et l'Alberta à risque, le Québec à l'abri

18/10/2012 05:03 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST
Getty Images
NEW YORK, NY - OCTOBER 18: A clyclist passes by the Newsweek Magazine office located in the Frank Gehry-designed IAC building in Manhattan's Chelsea neighborhood on October 18, 2012 in New York City. Tina Brown, editor-in-chief of The Newsweek Daily Beast Co, announced today that the 80-year-old news magazine will publish its final print edition on December 31 and shift to an all-digital format in early 2013. Staff layoffs are expected. (Photo by John Moore/Getty Images)

Selon une étude réalisée par l'Institut Macdonald-Laurier, le Québec serait la province canadienne dont les finances publiques sont les moins à risque de vivre une crise de solvabilité, tandis que l'Ontario et l'Alberta seraient plus fragiles à moyen et long terme.

Selon l'étude, à court terme, aucune province n'est en danger. Toutefois, le document affirme qu'à moyen et long terme, les finances publiques dans plusieurs provinces ne sont pas viables. En raison du vieillissement de la population, les modèles provinciaux de prévision prévoient en effet un taux inférieur de participation au marché du travail, une croissance économique moindre et des dépenses de santé plus importantes, ce qui pourrait empêcher plusieurs provinces d'honorer le service de leur detteobligataire.

L'Institut Macdonald-Laurier affirme que c'est l'Ontario qui sera la province la plus vulnérable dans 10 ans, suivie de très près par l'Alberta, avec des probabilités de défaillance, respectivement, de 42,9 % et de 42,4 %.

L'Alberta est cependant la province canadienne qui court le plus grand risque de défaillance dans 30 ans, puisque d'importants déficits annuels font passer sa position financière nette d'un excédent à une dette importante. En plus des déficits élevés, les risques de l'Alberta, qui sont de 84,1 %, sont attribuables au fait que sa population devrait, selon Statistique Canada, vieillir plus rapidement que celles des autres provinces et parce qu'elle est fortement exposée à la volatilité des revenus de l'énergie. L'Ontario arrive bonne deuxième derrière sa consoeur de l'Ouest, avec 79,3 % de risque de défaillance, suivie du Manitoba, avec 66,7 %.

Quant au Québec, il a le plus faible risque de défaillance des provinces canadiennes, que ce soit dans 10 ou 30 ans. Ce risque, très bas dans 10 ans, à 8,1 %, monte à 28,3 % dans 30 ans.