NOUVELLES

Vérification du commissaire au lobbyisme : Vincent Dufresne défend son intégrité

17/10/2012 01:32 EDT | Actualisé 16/12/2012 05:12 EST

Le candidat d'Équipe Labeaume pour l'élection partielle dans le district de Saint-Rodrigue, Vincent Dufresne, dit n'avoir rien à se reprocher au sujet de la rencontre qu'il a eue avec le maire Labeaume et qui fait l'objet d'une vérification de la part du commissaire au lobbyisme, François Casgrain.

Mercredi, Vincent Dufresne a d'entrée de jeu tenu à défendre son intégrité. « Chose certaine : moi, là-dessus, je n'ai absolument rien à cacher. C'est clair et très net. Il n'y a rien à trouver là », a-t-il affirmé.

À l'instar du maire Labeaume, Vincent Dufresne, qui est directeur général de l'Hôtel Pur, a raconté que ce n'est pas lui-même, mais bel et bien la Ville et la conseillère municipale Chantale Gilbert qui ont sollicité cette rencontre avec lui. Il maintient qu'il n'a jamais eu l'intention de rencontrer le maire pour faire avancer ses propres dossiers.

Pour le conseiller indépendant, Jean Guilbault, le maire Régis Labeaume a commis une entorse grave à son rôle de maire en allant rencontrer un citoyen qui représente une entreprise pour discuter d'une dérogation mineure à un réglement municipal. Il se dit heureux de l'intervention du commissaire au lobbyisme.

Rappelons que c'est un article publié dans le quotidien Le Soleil qui a attiré l'attention du commissaire. Selon la version du journaliste François Bourque, M. Dufresne, qui est le directeur général de l'Hôtel Pur, aurait sollicité une rencontre avec le maire Labeaume, il y a trois semaines, pour discuter d'un projet qui nécessite un changement de zonage dans le quartier Saint-Roch.

Par la suite, Vincent Dufresne est devenu le candidat d'Équipe Labeaume pour l'élection partielle dans le district de Saint-Rodrigue.

M. Dufresne a raconté mercredi que lors de sa rencontre, il a, entre autres, bel et bien discuté du projet de l'Hôtel Pur de construire une terrasse sur la Place du Parvis, un projet qui nécessite un changement de zonage. Il a tenu toutefois à préciser que cette rencontre n'était pas une activité de lobbyisme, mais un simple tête-à-tête.

Vincent Dufresne dit avoir la conscience tranquille. « Il n'y a rien, mais rien qui m'empêche de dormir sur mes deux oreilles et il n'y a rien non plus demain matin qui va m'empêcher de dormir sur mes deux oreilles », a-t-il déclaré.

La vérification du commissaire au lobbyisme a créé un certain tumulte depuis quelques jours. Mardi, le maire Labeaume a vertement critiqué la démarche de François Casgrain, la jugeant « ridicule ». De son côté, le commissaire a rétorqué qu'il ne faisait qu'appliquer la loi.

PLUS: