NOUVELLES

Human Rights Watch donne sa version de la mort de Kadhafi

17/10/2012 07:38 EDT | Actualisé 17/12/2012 05:12 EST

Un rapport de l'organisme Human Rights Watch, publié mercredi, apporte de nouvelles preuves qui démontrent que l'ex-dictateur libyen, Mouammar Kadhafi, a été assassiné.

Selon la version des autorités de transition libyennes, Mouammar Kadhafi a été tué lors d'un échange de tirs entre des membres de son escorte et des insurgés au moment de sa capture l'an dernier, dans la ville de Misrata.

Mais, selon Human Rights Watch, Mouammar Kadhafi et son fils Mouatassim ont été interceptés alors qu'ils tentaient de fuir la ville de Syrte, le 20 octobre 2011. Ils ont été tués après leur capture et leurs corps ont été exposés à Misrata.

« Il semble qu'ils ont transporté Mouatassim Kadhafi, qui avait été blessé, à Misrata et qu'ils l'ont tué là-bas. Nos conclusions remettent en question l'affirmation des autorités libyennes selon lesquelles Mouammar Kadhafi a été tué dans un échange de tirs, et non après sa capture », explique dans un communiqué Peter Bouckaert, de Human Rights Watch.

L'organisme affirme être arrivé à cette conclusion après avoir compilé des témoignages, des documents et plusieurs vidéos des faits captés à l'aide de téléphones portables.

Consultez le rapport des enquêteurs de Human Rights Watch (pdf)

66 membres du convoi exécutés sur place

Les preuves compilées par Human Rights Watch portent à croire également que des miliciens de l'opposition qui ont intercepté le convoi transportant Mouammar Khadhafi auraient aussi sévèrement battu une soixantaine de membres du convoi avant de les exécuter dans un hôtel voisin.

« Les preuves que nous avons recueillies laissent à penser que les milices de l'opposition ont sommairement exécuté 66 membres du convoi de Kadhafi qu'ils avaient capturés à Syrte », précise le communiqué de HRW.

Selon une équipe d'enquêteurs de HRW qui s'est rendue à Syrte, sur le site où le convoi de Mouammar Kadhafi a été intercepté, une centaine de corps gisaient sur place, la plupart tués au combat.

Deux jours plus tard, les enquêteurs ont découvert 53 corps dans un hôtel de Syrte, dont certains avaient les mains liées dans le dos. D'autres corps avaient auparavant été récupérés par leurs proches, portant le total des victimes à 66, écrit HRW dans son communiqué.

La plupart des partisans de Kadhafi retrouvés morts avaient auparavant été filmés par leurs geôliers alors qu'ils étaient encore en vie, soutient l'organisme.

Les ex-rebelles libyens aujourd'hui au pouvoir en Libye, ont promis une enquête sur la mort de Mouammar Kadhafi, mais les choses tardent, selon HRW.

Document de Human Rights Watch sur l'exécution des survivants du convoi de Mouammar Kadhafi

PLUS: