Les premiers jalons d'un NPD Québec pourraient être posés en novembre

Publication: Mis à jour:
THOMAS MULCAIR
AP

QUÉBEC - Les premiers jalons d'un NPD provincial québécois pourraient bien être posés en novembre. Toutefois, le chef néo-démocrate Thomas Mulcair reconnaît que l'exercice pourrait être «périlleux» pour son parti.

L'idée de créer un NPD-Québec, qu'il a lancée en pleine campagne électorale québécoise, n'est pas morte. Cependant, il craint ainsi de «courir deux lièvres à la fois», en ayant de trop vastes ambitions à la fois au fédéral et au provincial.

Dans un point de presse à Québec, mardi, M. Mulcair a de nouveau manifesté son intérêt envers la fondation d'une aile québécoise. Il a dit qu'il veut «s'assurer de protéger la possibilité de créer un NPD provincial».

Il a précisé que l'enjeu sera débattu par les instances du parti en novembre et la gestation du projet pourrait alors être entreprise. Un forum sur ce sujet sera organisé en marge du congrès de la section Québec du parti fédéral, du 2 au 4 novembre, à Montréal.

Par contre, l'élection d'un gouvernement péquiste minoritaire à Québec freine les plans du chef néo-démocrate. Il a reconnu qu'il n'a plus les quatre ou cinq ans devant lui pour construire la nouvelle formation.

«Ça se peut qu'on commence à mettre les jalons pour la création d'un NPD provincial (durant ce forum), mais cela ne sera pas pour tout de suite, parce que cela va exiger qu'on soit en alerte constante.»

En effet, un gouvernement minoritaire a une durée de vie écourtée et peut être précipité en campagne électorale avant terme. M. Mulcair a avoué qu'il ne peut se permettre d'avoir un nouveau parti sur le pied de guerre, tout en poursuivant son objectif prioritaire, c'est-à-dire «se débarrasser (du gouvernement) de Stephen Harper».

«C'est vraiment périlleux, cela va me forcer à diviser mes énergies et mes ressources. (...) Courir deux lièvres à la fois n'est jamais une bonne idée.»

Le projet de M. Mulcair de mettre sur pied un NPD Québec a pris tout le monde par surprise en août, durant la campagne électorale québécoise. Le parti fédéral pourrait ainsi tabler sur ses succès obtenus en mai 2011, quand il a raflé 59 des 75 sièges au Québec. Il en a maintenant 58.

Le parti est en effet confronté à la nécessité de créer des racines plus profondes au Québec, afin de rééditer son score au prochain scrutin fédéral, au cours duquel M. Mulcair entend propulser le NPD au pouvoir à Ottawa, pour la première fois dans l'histoire du pays.

L'arrivée d'un Nouveau Parti démocratique sur la scène politique québécoise viendrait brouiller les cartes. Cette éventuelle option fédéraliste de gauche pourrait faire mal à Québec solidaire, mais aussi au Parti libéral du Québec.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Thomas Mulcair
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

NPD-Québec : Mulcair plus hésitant à se lancer

Sondage : les libéraux passent devant le NPD