NOUVELLES

Fumer dans l'auto : un réel danger pour les enfants

16/10/2012 01:13 EDT | Actualisé 15/12/2012 05:12 EST

Les fenêtres ouvertes n'y changent rien et l'air conditionné non plus. Une étude écossaise montre que le fait de fumer en voiture entraîne un taux de pollution par les particules fines dans l'habitacle trois fois supérieur au taux maximum établi par l'Organisation mondiale de la santé.

Selon le Dr Sean Semple, de l'Université d'Aberdeen, ce niveau est susceptible d'altérer la santé de tous les passagers, et particulièrement des enfants.

La recherche publiée dans la revue Tobacco Control a porté sur 83 trajets en voiture, d'une durée moyenne de 27 minutes, dont 34 non-fumeurs.

Le taux de particules fines s'est élevé en moyenne à 85 microgrammes/m3 pour les trajets fumeurs, soit 10 fois plus que celui relevé dans les trajets non-fumeurs (7,4 µg/m3 en moyenne).

Liés directement à la quantité de cigarettes fumées, les taux de particules fines ont culminé à 385 µg/m3 en moyenne, avec un record mesuré à 880 µg/m3 dans les trajets fumeurs, précisent les auteurs de l'étude.

Les auteurs de ces travaux ont noté que le taux de particules fines était également légèrement supérieur à la norme de l'OMS dans les trois des trajets non-fumeurs.

La présence de taux élevés de particules fines dans l'air est un facteur de risques pour diverses maladies cardiovasculaires et respiratoires ainsi que le cancer du poumon.

La médecine a déjà établi que le tabagisme passif entraînait divers problèmes de santé chez les enfants qui comprennent l'asthme, divers problèmes respiratoires et des pathologies de l'oreille, et même la mort subite.

Plusieurs pays, dont les États-Unis et l'Australie, ont déjà adopté des lois nationales pour interdire de fumer en voiture lorsque des enfants sont à bord.

Au Canada

En 2008, la Nouvelle-Écosse a été la première province à interdire de fumer en voiture lorsque des mineurs se trouvent à bord. Toute personne coupable de cette infraction y est passible d'une amende d'environ 400 $.

Son exemple a été suivi par l'Ontario, où l'amende peut atteindre 155 $. Plus de 300 contraventions ont été distribuées dans cette province l'an dernier relativement à cette loi. Le Nouveau-Brunswick, la Colombie-Britannique et l'Île-du-Prince-Édouard possèdent aussi une loi similaire.

Le Québec étudie depuis 2009 la possibilité d'adopter une telle mesure.

PLUS: