La mémoire des dizaines de personnes ayant été victimes de l'un des plus importants désastres maritimes du Canada en temps de guerre sera saluée, dimanche, lors d'une cérémonie marquant le 70e anniversaire du naufrage du traversier Caribou.

Les membres de la marine canadienne prévoient répandre les cendres de deux personnes liées à la tragédie dans les eaux glacées du golfe du Saint-Laurent, où le navire civil a été coulé par une torpille tirée d'un sous-marin allemand U-Boat en 1942.

Des 237 passagers qui se trouvaient à bord du Caribou, qui naviguait le long de son trajet habituel, de la Nouvelle-Écosse à Terre-Neuve, 136 ont péri à la suite de l'attaque.

Selon le commandant de la marine Larry Trim, les U-Boats allemands étaient déterminés à interrompre le commerce entre l'Amérique du Nord et l'Europe, puisqu'ils comprenaient que les échanges commerciaux allaient faire pencher la balance quant à l'issue finale de la guerre.

Des membres de la marine et des responsables de l'entreprise Marine Atlantic doivent tenir une cérémonie lors d'une traversée entre Port aux Basques, à Terre-Neuve, et North Sydney, en Nouvelle-Écosse, pour souligner l'événement, il y a sept décennies.

Cinq minutes

Les comptes rendus historiques précisent que le Caribou a été touché vers 3h20, le 14 octobre, à 37 kilomètres des côtes terre-neuviennes, dans le détroit de Cabot, lors d'un déplacement à partir de North Sydney.

En moins de cinq minutes, le traversier avait coulé. Un seul canot de sauvetage, contenant environ 20 personnes, a pu être mis à l'eau. Les autres survivants n'ont pu que s'accrocher aux débris flottant sur l'eau et aux canots de sauvetage renversés.

Le navire de guerre qui escortait le traversier, le NCSM Grand-mère, a dû partir à la poursuite du sous-marin avant de tenter de secourir les survivants. Le bateau a localisé et attaqué le U-Boat, mais celui-ci s'est échappé.

Certains historiens affirment que le naufrage du Caribou fut le pire désastre maritime du Canada pendant la Deuxième Guerre mondiale.