POLITIQUE

Afghanistan: Des Canadiens ont eu une exemption pour combattre

14/10/2012 05:54 EDT | Actualisé 14/12/2012 05:12 EST
AP
FILE - In this Oct. 3, 2009 file photo, U.S. Marine squad leader Sgt. Matthew Duquette, left, of Warrenville, Ill., with Bravo Company, 1st Battalion 5th Marines walks with Afghan National Army Lt. Hussein, during in a joint patrol in Nawa district, Helmand province, southern Afghanistan. U.S. military officials have noted that Afghan security forces are dying in insider attacks along with foreign troops, but so far, the Afghan government has not provided statistics on the number killed. (AP Photo/Brennan Linsley, File)

La Défense nationale est parvenue à convaincre le gouvernement Harper de permettre aux soldats canadiens de participer à des opérations de combat en Afghanistan en établissant une exemption pour ceux qui servaient au sein des troupes alliées, selon des documents.

L'opposition affirme que la décision viole l'esprit et la lettre d'une résolution du Parlement qui a conduit à la sortie du pays de la guerre en Afghanistan.

Moins d'une dizaine de Canadiens, la plupart d'entre eux engagés au sein l'armée de l'air, continuent à combattre dans la région instable de Kandahar, l'épicentre de l'insurrection des talibans.

La résolution empêchait les soldats de prendre part à des opérations de combat et de mettre le pied à Kandahar après le 31 décembre 2011, date de la fin de la guerre que le Canada a mené pendant cinq ans dans le sud de l'Afghanistan.

Cette date avait été établie par une résolution du Parlement en 2008.

Même si le Canada n'y a pas participé, le gouvernement libéral a permis aux soldats canadiens, dont le chef d'état-major de la défense nationale, le futur retraité Walt Natynczyk, de servir avec des alliés dans la guerre menée en Irak.

En revanche, la position initiale du gouvernement conservateur sur Kandahar était beaucoup plus stricte, comme un reflet de la nature controversée de la question.

On a demandé au Bureau du Conseil privé d'approuver une exemption pour les soldats qui "travaillent avec les nations alliées" au printemps 2011, comme le démontre une note à l'intention des dirigeants de l'armée le 22 mars 2011.

La note a été obtenue par la Presse Canadienne en vertu de la Loi d'accès à l'information.

La mesure était soutenue par le ministre de la Défense, Peter MacKay.

Une porte-parole de la Défense nationale a confirmé que l'exemption avait été accordée.

"Les membres des Forces Canadiennes employés par des nations alliées sont autorisés à être dans la province de Kandahar et à servir dans des rôles de combat si leurs unités d'accueil leur demande de le faire", a déclaré Lauri Sullivan dans un courriel.

Le ministère a pris plusieurs jours à répondre aux interrogations de la Presse Canadienne à propos de ce sujet sensible.

Depuis que les exemptions ont été accordées, au moins quatre Canadiens ont servi à Kandahar, deux d'entre eux avec les forces aériennes australiennes, un avec la Royal Air Force britannique et un autre avec l'Armée américaine.

Le porte-parole du NPD en matière de défense, Jack Harris, a dit que ça ne devait pas être permis et que le fait que les soldats travaillent avec des alliés ne fait aucune différence.

"Je crois que c'est contraire à la résolution du Parlement, a affirmé M. Harris. Le pays a décidé que les soldats canadiens n'y participeraient pas et que leur présence dans les missions de combat en Afghanistan était terminée. Ça signifie aucun soldat canadien."

Alors que la guerre tirait à sa fin avant la mission de formation à Kaboul, le premier ministre Stephen Harper avait dit que seuls quelques soldats resteraient en Afghanistan pour protéger l'ambassade.