NOUVELLES

Québec dévoile son plan pour l'après-Gentilly-2

12/10/2012 11:07 EDT | Actualisé 12/12/2012 05:12 EST

La ministre déléguée à la Politique industrielle, Élaine Zakaïb, a confirmé vendredi la création d'un fonds de diversification économique de 200 millions de dollars sur 5 ans pour les régions du Centre-du-Québec et de la Mauricie.

Le plan de diversification économique se fera en trois étapes. Le gouvernement veut rassembler des experts du milieu en créant un comité régional, identifier des créneaux et créer des projets d'investissements.

Selon le gouvernement Marois, la création du fonds de diversification pourrait générer des investissements privés d'un milliard de dollars. Annuellement, les retombées économiques sont évaluées à 460 millions de dollars et permettront de soutenir plus de 2 600 emplois directs et indirects.

« La décision de notre gouvernement de mettre en place ce levier de diversification économique est stratégique pour les régions du Centre-du-Québec et de la Mauricie. Nous leur donnons les moyens de développer leur économie de façon durable. Plus que jamais, ces régions doivent conjuguer croissance économique, bénéfice social et protection de l'environnement pour le mieux-être des générations actuelles et futures », a mentionné le député et responsable des régions du Centre-du-Québec et de la Mauricie, Yves-François Blanchet.

Le gouvernement veut diversifier l'économie de la Mauricie et du Centre-du-Québec en misant sur la présence d'une main-d'oeuvre qualifiée, d'institutions de recherche, de même que sur la situation géographique de la région.

Environ 800 travailleurs perdront leur emploi en raison de la fermeture de la centrale Gentilly-2.

La table régionale de diversification économique

La table de diversification économique relèvera directement de la ministre Zakaïb.

Le comité sera coprésidé par Réjean Hardy, homme d'affaires et président d'Innovation et développement économique Trois-Rivières, et par Jean-Guy Paré, président du Centre local de développement de Bécancour. La mairesse de Bécancour, Gaétane Désilets, le président-directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour, Maurice Richard, et l'économiste et professeur à l'Université du Québec à Trois-Rivières, Pierre-André Julien, siégeront au comité. Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, a toutefois été écarté.

PLUS: