MONTRÉAL - Le ministre québécois des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur, Jean-François Lisée, profite de sa participation au 14e Sommet de la Francophonie pour aborder de front les questions des droits de l'Homme.

Cette rencontre internationale se déroule en République démocratique du Congo, là où en 2011 la réélection controversée du président Joseph Kabila, sous des soupçons d'irrégularités, a été suivie par de graves épisodes de violences.

L'Organisation des Nations unies avait condamné les actes de tueries et de trop nombreuses détentions dans ce pays.

En raison de ce contexte politique, ce ne sont pas que les questions liées au français qui intéressent le ministre Lisée. Il entend faire de son passage une occasion de dénoncer les atteintes aux droits de la personne en Afrique centrale.

Sa chef Pauline Marois le rejoindra dans les prochaines heures. La première ministre du Québec n'aurait pas prévue non plus de rencontre avec le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila.

Pour sa part, le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a déjà annoncé sa participation au souper organisé samedi par le président Kabila.

D'autres représentants internationaux ont aussi hésité à confirmer leur présence au sommet en raison de la question du respect des droits humains, dont le président de la France, François Hollande.

EN VIDÉO: