NOUVELLES

Laval : Zambito aurait versé un pot-de-vin de 25 000 $

11/10/2012 05:02 EDT | Actualisé 10/12/2012 05:12 EST
Radio-Canada.ca

L'ex-entrepreneur Lino Zambito affirme avoir versé un pot-de-vin de 25 000 $ à un proche du maire de Laval, Gilles Vaillancourt, lors de la réalisation d'un contrat dans cette ville. Le pot-de-vin lui aurait permis de se faire payer des « extras » par la Ville de Laval.

L'homme d'affaires affirme ne jamais avoir fait partie du club d'entrepreneurs en construction qui, selon lui, se partagent les contrats à Laval depuis des années. Mais en 2003, son entreprise, Infrabec, obtient un contrat de près de 2 millions de dollars pour le prolongement du boulevard Cléroux à Laval. M. Zambito dit qu'il a obtenu ce contrat grâce à l'intervention personnelle du maire Vaillancourt.

Lors d'une conversation enregistrée plusieurs semaines avant le début des travaux de la commission Charbonneau, Lino Zambito explique comment les appels d'offres étaient truqués.

« Les gars qui faisaient partie du club sélect de Laval, eux, étaient au courant. Quand je les appelais, tout était beau. J'avais pas de trouble. Ils se tassaient. La commande avait été donnée.
Q: Donc vous aviez le champ libre.
R: C'est ça!
Q: Donc, c'était comme si on avait préparé le terrain pour vous?
R: Le terrain était préparé. »

Le terrain aurait été préparé par le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, qui serait intervenu en sa faveur.

L'entrepreneur dit avoir rencontré le maire lors de l'ouverture d'un magasin de meubles appartenant à la famille Vaillancourt. Selon ce qu'il rapporte, le maire lui aurait dit: « Ta job s'en vient. Les gars vont t'appeler ».

Lino Zambito a réclamé 400 000 $ d'extras pour ce contrat. Pour se faire payer ces extras, Zambito aurait versé un pot-de-vin à un employé de la firme de génie-conseil Gendron-Lefebvre, proche de l'administration Vaillancourt.

« Il m'a fait part que si je voulais que mes extras soient réglés, ça me coûterait 25 000 $ pour le maire Vaillancourt.
Q: Et ce 25 000 $ vous l'avez versé?
R: Oui... une fois que j'ai été payé par la Ville. »

Lino Zambito affirme que l'argent était destiné à Gilles Vaillancourt.

« Oui, oui, oui, oui, c'était clair que ça allait à M. Vaillancourt. Il n'y avait pas de sous-entendu ni de malentendu c'était clair que l'argent allait à lui. »

Le maire Gilles Vaillancourt nie toutes les allégations de Lino Zambito.

Avec des informations de Christian Latreille