Plus de 350 millions de personnes dans le monde souffrent de dépression ou d'un trouble mental, selon les derniers chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publiés à l'occasion de la Journée mondiale de la santé mentale célébrée mercredi.

D'après les estimations de l’OMS, la dépression est courante dans toutes les régions du monde. Une étude effectuée avec le soutien de l'OMS montre que 5% environ des personnes ont souffert de dépression au cours de l'année écoulée.

"Les femmes sont davantage prédisposées (à souffrir de dépression) que les hommes", a par ailleurs expliqué aux médias le directeur du département Santé mentale et abus de substances psychoactives auprès de l'OMS, le Dr Shekhar Saxena.

Ainsi, explique-t-il, le nombre de femmes atteintes de dépression est 50% plus élevé que celui des hommes.

Cette plus forte prévalence chez les femmes s'explique notamment par la dépression postnatale qui affecte jusqu'à une accouchée sur cinq.

La dépression, selon l'OMS, se distingue des changements d'humeur ordinaires. Elle se manifeste par un sentiment de tristesse qui dure pendant au moins deux semaines et qui empêche d'avoir une vie normale.

Elle résulte de l'interaction de facteurs sociaux, psychologiques et biologiques. Elle est parfois en lien avec la santé physique, une maladie cardiovasculaire pouvant par exemple provoquer une dépression.

En outre, des circonstances particulières – difficultés économiques, chômage, catastrophes et conflits – peuvent augmenter le risque de dépression.

Sous sa forme la plus grave, la dépression mène au suicide. Près d'un million de personnes de suicident chaque année et une grande proportion d’entre elles souffrent de dépression.

Plus de 50% des personnes qui ont réussi à se suicider souffraient de dépression, selon M. Saxena, qui précise par ailleurs que plus le pays est développé, plus cette incidence augmente.

A cause du caractère honteux que revêt encore souvent la dépression, beaucoup de déprimés n'admettent pas qu'ils sont malades. En outre, explique le responsable de l'OMS, la dépression est souvent mal diagnostiquée chez les jeunes et même chez les très jeunes.

La première étape consiste à admettre la dépression et à chercher de l'aide, souligne l'OMS qui précise dans un communiqué que "plus le traitement est mis en route de bonne heure, plus il est efficace".

Ces traitements sont d'ordres psychosocial et pharmacologique. Par ailleurs, "la participation active des personnes déprimées et de leurs proches au traitement est essentielle", note l'OMS.

"Il existe des traitements très efficaces contre la dépression. Malheureusement, moins de la moitié des personnes déprimées reçoivent les soins dont elles ont besoin. Ce chiffre est même inférieur à 10% dans beaucoup de pays", commente le Dr Shekhar Saxena.

Loading Slideshow...
  • En avez-vous besoin?

    Avez-vous <em>vraiment</em> besoin d'un thérapeute? Un thérapeute peut-il <em>vraiment</em> vous aider? Qu'attendez-vous d'un thérapeute? Posez-vous les bonnes questions.

  • Trouvez votre style personnel

    Aimez-vous commencer votre session par une blague? Ou préférez-vous un thérapeute qui se contente de hocher la tête? Trouvez un style qui correspond au vôtre.

  • De quel genre de thérapeute avez-vous besoin?

    Vous êtes la recherche de quel type de changement? D'un changement profond (qui implique un important investissement émotionnel) ou de l'approche d'un problème spécifique ou de comportement (plus superficiel)?

  • Êtes-vous à la recherche d'une méthode?

    Les thérapeutes doivent être flexibles avec leurs méthodes. Demandez-lui s'il est ouvert à modifier sa méthode.

  • A-t-il de l'expérience avec sa propre thérapie?

    Les thérapeutes doivent avoir suivi eux-même une thérapie.

  • Allez-vous être dans le siège du chauffeur?

    Si vous avez l'habitude de diriger, choisissez un thérapeute qui vous laissera conduire la session.

  • Êtes-vous d'accord avec sa méthode?

    Demandez au thérapeute si son approche est d'ordre pathologique ou non.

  • Est-il ouvert aux commentaires?

    Les bons thérapeutes reconnaissent leurs erreurs.

  • Est-ce qu'il y a eu des plaintes?

    Avec le numéro de licence, faites une petite recherche auprès du conseil.

  • Le thérapeute a-t-il une license?

    La formation du thérapeute est importante, et garantit souvent qu'il/elle puisse travailler sous les lois de la province.