NOUVELLES

Réélection de Hugo Chavez : l'opposition doit être entendue, dit Washington

08/10/2012 09:13 EDT | Actualisé 08/12/2012 05:12 EST

Au lendemain de la réélection du président vénézuélien, Hugo Chavez, les États-Unis ont estimé lundi que la voix des 6 millions de personnes ayant voté pour l'opposition devait être entendue.

L'Agence France-Presse rapporte ainsi la déclaration par courrier électronique de porte-parole pour l'Amérique latine du département d'État américain, William Ostick : « Nous pensons que l'opinion des plus de 6 millions de personnes qui ont voté pour l'opposition devra être prise en compte à l'avenir. »

À l'issue d'une journée de vote marquée par une forte participation, le président sortant, Hugo Chavez, a été réélu dimanche soir à la tête du Venezuela en remportant 54 % des suffrages contre près de 45 % au candidat de l'opposition, Henrique Capriles Radonski.

Hugo Chavez, 58 ans, a amassé plus de 7,4 millions de votes et a battu son principal adversaire par plus de 1,2 million de votes, a déclaré la présidente du Conseil national électoral (CNE), Tibisay Lucena.

« Nous avons atteint une des participations les plus élevées de ces dernières décennies », a précisé Mme Lucena, en annonçant la victoire du président sortant.

Près de 81 % des quelque 19 millions d'électeurs qui étaient appelés à choisir un président parmi les six candidats en lice ont exercé leur droit de vote. L'annonce des résultats officiels a même été retardée en raison du fort taux de participation.

Hugo Chavez a appelé l'opposition à « l'unité nationale » et promis d'être un « meilleur président », ajoutant que le pays « poursuivra sa transition vers le socialisme démocratique du 21e siècle ».

Ce triomphe l'assure d'avoir les mains libres pour diriger le pays six années de plus, lui donnant l'occasion d'imposer avec plus de vigueur encore une transition vers le socialisme dans ce pays comptant sur les plus grandes réserves de pétrole du monde.

Les partisans du président sortant avaient prévu l'issue du vote et commencé à allumer des feux d'artifice dans la capitale avant même l'annonce des résultats officiels.

L'ambiance était au contraire à la tristesse au siège de campagne d'Henrique Capriles, qui a néanmoins tenu à « féliciter » le vainqueur, « le président de la République ». Il a aussi « remercié » les plus de 6 millions de personnes qui lui ont accordé leurs voix.

« Ici, celui qui n'est pas parvenu à emporter la victoire, c'est moi. Ici, on ne se sent pas vaincu, ici, on a contribué à ouvrir un chemin et ce chemin est là. [...] Je suis aussi sur ce chemin, je ne vais pas laisser seule la quasi-moitié du pays », a indiqué le jeune candidat de 40 ans, qui a tout de même obtenu le meilleur score jamais enregistré par l'opposition.

Alors que les bureaux de vote commençaient à fermer, Hugo Chavez avait demandé à tous les Vénézuéliens d'attendre avec « calme », « patience » et sans « provocation » les résultats officiels de l'élection présidentielle.

« Le peuple a été impeccable, cette journée a été impeccable, je suis sûr que rien ne va arriver qui vienne la salir », avait-il déclaré lors d'une allocution téléphonique retransmise par la télévision d'État VTV, se félicitant d'une « forte participation » et d'une « journée historique ».

Environ 139 000 militaires ont été déployés sur tout le territoire pour assurer la sécurité du scrutin. Dans certains quartiers, les électeurs avaient commencé à faire la file dès l'ouverture du bureau.

Notre envoyé spécial, Jean-Michel Leprince, avait constaté dans le quartier populaire 23 de Enero, à Caracas, d'importantes files d'attente. Certains électeurs étaient même présents depuis 2 h du matin. Il a également affirmé que le scrutin se déroulait dans le calme.

Notre journaliste a aussi précisé que les électeurs dans ce quartier votaient généralement pour Hugo Chavez. Et dans le cas où ils sont insatisfaits du président, ils ne votent tout simplement pas. Le même engouement a été constaté dans les quartiers riches de la capitale, où les partisans de M. Capriles sont plus nombreux.

Plusieurs sondages donnaient le président Chavez vainqueur de cette élection, mais deux sondages donnaient Henrique Capriles en avance. Traditionnellement, le taux de participation aux élections présidentielles au Venezuela tourne autour de 75 %.

La majorité des observateurs ont écarté tout risque de fraude dans ce pays, tant la machine électorale est rodée.

PLUS: