NOUVELLES

Les pourparlers dans la LNH n'entreront pas dans le vif du sujet cette semaine

08/10/2012 05:54 EDT | Actualisé 08/12/2012 05:12 EST
Shutterstock

La LNH et l'Association des joueurs ne discuteront probablement pas du partage des revenus lorsque les pourparlers reprendront cette semaine.

Les parties se sont entendues pour s'asseoir ensemble à New York mercredi ou jeudi, mais le commissaire adjoint Bill Daly a indiqué lundi qu'il s'attendait à ce que les négociations bifurquent sur les enjeux périphériques, dont «la santé et la sécurité, l'assurance maladie, les tests de dépistage, les loyers et les remboursements hypothécaires (ainsi que) les griefs.»

Les pourparlers ont été limités à des enjeux superficiels depuis que le lock-out a été décrété, notamment lors des deux séances distinctes de la semaine dernière.

Daly a indiqué qu'il aimerait aborder les enjeux économiques ainsi que ceux découlant du système — surtout par rapport au partage des revenus de la ligue — très bientôt à la table des négociations.

Le lock-out a entamé sa quatrième semaine et les parties sont toujours retranchées sur leurs positions sur cet enjeu en particulier. Les joueurs ont insisté pour dire qu'ils continuent de percevoir leur part de 1,87 milliard $US qu'ils ont engrangée collectivement la saison passée, tandis que les propriétaires veulent qu'une baisse de salaire immédiate soit adoptée.

Le conflit de travail actuel a déjà forcé la LNH à annuler les deux premières semaines d'activités du calendrier régulier — une décision qui a entraîné l'annulation des 82 premiers matchs de la saison et repoussé le match d'ouverture au 25 octobre.

C'est la troisième fois en 18 ans qu'un lock-out force l'annulation de rencontres dans la LNH, et Daly a démontré de l'ouverture en faisant cette annonce jeudi dernier.

Donald Fehr, le directeur exécutif de l'AJLNH, croit qu'une entente peut être conclue même si les parties ne discutent pas des enjeux essentiels qui se dressent entre elles. Il a maintenu depuis le début des négociations que c'était productif pour les deux parties de poursuivre les discussions et de trouver des terrains d'entente partout où elles le peuvent.