NOUVELLES

Informations budgétaires: Kevin Page veut aller devant les tribunaux

07/10/2012 01:09 EDT | Actualisé 07/12/2012 05:12 EST
PC

OTTAWA - Un affrontement important entre le directeur parlementaire du budget et le gouvernement conservateur du premier ministre Stephen Harper se dessine à l'horizon.

Kevin Page a imposé un ultimatum à des responsables de 56 ministères et agences fédéraux, leur donnant jusqu'à mercredi pour fournir de l'information sur les réductions de dépenses et les économies comprises dans le budget fédéral.

Dimanche, il a indiqué, pendant l'émission «Question Period» du réseau CTV, qu'il transposerait cette lutte pour obtenir des informations devant les tribunaux, si nécessaire.

«Les informations que nous réclamons sont en fait essentielles pour que les députés puissent accomplir leur travail, a-t-il dit. Si nous ne pouvons pas obtenir ces informations de la part des ministres, nous devrons peut-être exiger plus de clarté, mais cela n'a jamais été notre première option. Nous pourrions aller jusqu'aux tribunaux, si cela est requis.»

Le ministre du cabinet conservateur chargé des compressions budgétaires, le président du Conseil du Trésor Tony Clement, veut cependant que M. Page recule sur cette question.

En entrevue à l'émission «The House», à la radio de la CBC, M. Clement a fait savoir que M. Page agissait selon lui en-dehors de son mandat, un argument qu'il serait prêt à reprendre devant un juge.

«Lorsque vous observez les mots décrivant son mandat — les finances, les estimations et les tendances de l'économie nationale —, il ne s'agit pas des sommes qui sont économisées, mais plutôt de l'argent dépensé», a affirmé M. Clement.

Il a ajouté que le gouvernement était redevable au Parlement en vertu des estimations budgétaires, des rapports trimestriels ministériels et des documents d'intérêt public.

M. Page a toutefois rétorqué à CTV que l'argent qui n'est pas dépensé est parfois aussi important que les sommes qui sont investies.

«Nous croyons que nous agissons clairement à l'intérieur de notre mandat. Et il est très important d'examiner l'austérité», a souligné M. Page.