NOUVELLES

La Corée du Sud pourra déployer des missiles à longue portée contre le Nord

07/10/2012 04:48 EDT | Actualisé 07/12/2012 05:12 EST
AP

La Corée du Sud pourra posséder des missiles à longue portée pouvant atteindre l'ensemble du territoire nord-coréen en vertu d'une nouvelle entente avec les États-Unis qui devrait susciter une vive réaction de la Corée du Nord.

En vertu d'un précédent accord avec Washington remontant à 2001, Séoul ne pouvait déployer de missiles balistiques ayant une portée de plus de 300 kilomètres, et transportant une charge explosive de plus de 500 kilogrammes, en raison de craintes d'une course aux armements dans la région.

Ces restrictions ont fait en sorte que les capacités sud-coréennes en termes de missiles sont inférieures à celles de la Corée du Nord, et certaines installations importantes de l'armée nord-coréenne étaient hors de portée des armes du Sud.

La Corée du Sud a annoncé dimanche que l'accord avec les États-Unis avait été modifié pour permettre le déploiement de missiles d'une portée allant jusqu'à 800 kilomètres, pour mieux contrer la menace nucléaire et militaire de Pyongyang.

Le nouvel accord limite toujours la charge explosive à 500 kilos pour les missiles à très longue portée, mais la quantité d'explosifs pourra être augmentée dans les missiles à plus courte portée, a déclaré le responsable présidentiel Chun Yung-woo lors d'une conférence de presse.

«Le plus important objectif de notre gouvernement, dans le cadre de cette révision des normes encadrant les missiles, est de contenir la provocation armée de la Corée du Nord», a dit M. Chun.

Lors d'un point de presse tenu dimanche en Californie dans le cadre d'un déplacement du président américain Barack Obama, l'attaché de presse Jay Carney a déclaré que «ces révisions sont une réponse prudente, proportionnelle et spécifique» à la Corée du Nord.

La nouvelle entente revoit également les normes d'opération d'avions sans pilote sud-coréens, en plus de faire disparaître les limites de portée des missiles de croisière. Certains médias ont laissé entendre que Séoul avait déployé des missiles ayant plus de 1000 km de portée, ce qui n'a pas été confirmé par la Défense sud-coréenne.

Les médias d'État nord-coréens n'ont pas immédiatement répondu à cette annonce, mais les analystes s'attendent à une déclaration courroucée.

«La Corée du Nord dira que le développement de missiles par la Corée du Sud est une préparation à la guerre. Elle mettra sans doute en garde le Sud contre l'impossibilité d'un désastre nucléaire s'il attaque les bases de missiles nord-coréennes», a déclaré l'analyste Baek Seung-joo, de l'Institut d'analyses de défense, à Séoul.

La Corée du Nord a des missiles qui peuvent frapper la Corée du Sud, le Japon et le territoire américain de Guam, dans le Pacifique, selon le ministère sud-coréen de la Défense. En avril, le pays stalinien a effectué un test de fusée à longue portée que Washington, Séoul et d'autres chancelleries ont associé à un essai d'une technologie de missile à longue portée. Selon la Corée du Nord, la fusée, qui a explosé peu de temps après son décollage, visait à lancer un satellite en orbite.

La péninsule coréenne demeure officiellement en état de guerre, puisque la Guerre de Corée (1950-1953) a été interrompue par une trêve, et non pas par un traité de paix. Les États-Unis maintiennent environ 28 500 soldats en Corée du Sud comme mesure préventive contre une agression nord-coréenne.

KIM JONG-UN EN COMPAGNIE DE SON ÉPOUSE:

INOLTRE SU HUFFPOST

Kim Jong-Un va au parc d'attraction