NOUVELLES

Nouvel échange de tirs entre la Syrie et la Turquie

06/10/2012 04:38 EDT | Actualisé 05/12/2012 05:12 EST

Pour la quatrième fois, l'armée turque a riposté samedi à un tir de mortier de l'armée loyaliste syrienne qui s'est abattu dans la province de Hatay, dans le sud de la Turquie.

« L'obus a été tiré par les forces de la République arabe syrienne contre des troupes de l'opposition », a indiqué le site du gouvernorat. L'obus est tombé à une cinquantaine de mètres de la frontière.

Aucune victime n'est à déplorer, selon le site, qui a précisé que l'armée turque a répliqué par quatre tirs de mortiers.

Selon l'agence Dogan, un autre obus de mortier syrien s'est abattu près du village frontalier de Güveççi, quatre heures après, sans faire victime. L'obus de canon tiré depuis la zone syrienne voisine de Khirbet al-Joz par les forces de Bachar Al-Assad visait des rebelles déployés à la lisière de la Turquie.

La Turquie s'est engagée à riposter aux tirs syriens après que cinq civils turcs eurent été tués mercredi par un précédent tir de mortier syrien.

Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan a déclaré vendredi que la Turquie n'était « pas loin » d'une guerre et que quiconque voudrait tester ses capacités de dissuasion commettrait une « erreur fatale ».

Le Parlement turc a autorisé vendredi l'état-major à déployer des troupes en dehors des frontières en cas de nouvelle agression.

Crainte

Depuis le début du soulèvement en Syrie, la tension était palpable entre les deux pays, mais la destruction d'un avion de combat turc par la défense antiaérienne syrienne, en juin, et les récents échanges de tirs entre les deux armées font craindre un conflit régional.

Abdel Basset Saïda, le président du Conseil national syrien, une des coalitions de l'opposition syrienne basée en Turquie, a accusé samedi le pouvoir syrien de vouloir « exporter » la crise syrienne dans les pays voisins comme la Turquie et le Liban.

Selon lui, le but du régime est de transformer une « révolution populaire aux revendications légitimes en un conflit régional ».

Le président syrien apparaît en public et joue sur les symboles

Le président Bachar Al-Assad a effectué une apparition en public à Damas, où il s'est rendu samedi à un monument dédié aux soldats tués durant la guerre d'octobre 1973 contre Israël.

La presse officielle qui a rapporté l'information a mis en relief les « similitudes » avec le conflit actuel.

Pour l'agence officielle Sana, « il y a une grande ressemblance entre la nouvelle agression contre la Syrie et celles qu'elle a subies durant la guerre de libération d'octobre » 1973.

Le régime syrien estime que la rébellion qui dure depuis 19 mois est le fait d'un complot étranger contre la Syrie.

PLUS: