MONTREAL - Le film québécois «Laurentie», de Simon Lavoie et Mathieu Denis, a remporté le prix du meilleur long métrage international au Festival du film Raindance, samedi, à Londres.

«Laurentie» est un drame de 120 minutes racontant les déboires d'un jeune Montréalais francophone aux prises avec une crise existentielle.

Le jury du Festival souligne plusieurs qualités du film, dont la performance de l'acteur principal, Emmanuel Schwartz, et le travail du directeur de la photographie, Nicolas Canniccioni.

«Laurentie» était en compétition avec cinq autres oeuvres: «Dark Hearts» (États-Unis), «From Tuesday to Tuesday» (Argentine), «Vegetarian Cannibal» (Croatie), «A Road Stained Crimson» (Japon) et «SAL» (Chili).

Il s'agit d'une excellente nouvelle pour les artisans du film, dont Simon Lavoie, qui lance ces jours-ci «Le torrent», un film adapté d'une nouvelle d'Anne Hébert.

Quant à Mathieu Denis, il tente actuellement de financer son dernier projet «Corbo», qui revient sur la mort d'un jeune felquiste mort en 1966 en allant poser une bombe dans une usine de Dominion Textile.

«Un prix comme ça, c'est une tape dans le dos, s'est-il réjoui, samedi, quelques heures après sa victoire. C'est vraiment un encouragement, quelque chose qui te dit: "Continue, n'arrête pas, ce que tu as fait est intéressant". Et puis évidemment, si ça peut donner un peu d'attention sur ce que Simon et moi avons fait auparavant et donner envie à certaines personnes de voir le film, c'est très positif.»

Mentionnons que ni Simon Lavoie ni Mathieu Denis n'étaient présents à Londres pour accepter leur prix.

«Laurentie», comme la plupart des films québécois, a été réalisé avec un maigre budget et la collaboration bénévole de plusieurs artisans. Disponible dans les clubs de location depuis le 3 octobre, il peut également être téléchargé sur iTunes.

Le film québécois «Over My Dead Body», de Brigitte Poupart, était également en lice dans la catégorie du meilleur documentaire, mais c'est finalement «Ballroom dancer» (Danemark) qui l'a emporté.

La sélection officielle hors-compétition comprenait également «Le vendeur» de Sébastien Pilote, et «Après la neige» de Paul Barbeau, deux longs métrages réalisés au Québec.

Cet événement, consacré au cinéma indépendant, célébrait cette année son 20e anniversaire.