NOUVELLES

Gel salarial : les villes veulent être incluses

04/10/2012 03:47 EDT | Actualisé 03/12/2012 05:12 EST

Les villes ontariennes lancent un appel à l'aide au gouvernement McGuinty. Bon nombre d'entre-elles réclament d'être incluses dans le gel de salaire du secteur public que prépare la province, ce que refusent les libéraux pour le moment.

Le président sortant de l'Association ontarienne des municipalités, Gary McNamara, dit que les villes sont au bout du rouleau.

Policiers et pompiers obtiennent en moyenne des hausses salariales de 3 % par année, malgré l'appel de la province de se serrer la ceinture.

Les arbitres tranchent en se basant sur une moyenne provinciale, sans tenir compte des ressources locales souligne Gary McNamara

« Le coût de la vie à Windsor n'est le même qu'à Toronto, ce n'est pas comparer des pommes avec des pommes », ajoute-t-il.

Pour l'instant, le ministre des Finances, Dwight Duncan, ne veut pas imposer un gel aux employés municipaux.

« Les villes sont indépendantes, à elle de prendre leurs décisions et de gérer leur budget », répond-il.

Les conservateurs pensent que la province devrait intervenir.

« Ce que les villes dépensent en hausse de salaire pourrait aller aux infrastructures et le gouvernement serait moins sollicité pour ce genre de projet », croit le député Jim Wilson.

La province promet de consulter avant de finaliser le projet de loi.

Par contre, les libéraux minoritaires ne disent pas s'ils comptent ou non déclarer le projet de loi sur les gels des salaires dans le secteur public, un vote de confiance, qui pourrait faire tomber le gouvernement.

PLUS: