L'Europe complète la remontée et conserve son titre de la Coupe Ryder

Publication: Mis à jour:
COUPE RYDER EUROPE
Rory McIlroy. (AFP) | AFP

MEDINAH, États-Unis - Effaçant de leur mémoire leurs pires souvenirs à la Coupe Ryder, les Européens ont rendu hommage à Seve Ballesteros et ont tout donné, dimanche à Medinah, pour ainsi égaler la remontée la plus importante dans l'histoire du tournoi et rentrer chez eux avec le précieux trophée.

L'Europe a donc obtenu sa vengeance pour le désastre à Brookline en 1999, quand les États-Unis avaient comblé le même retard de 10-6 lors du dernier jour de la compétition. Martin Kaymer a aussi racheté la performance allemande à Kiawah Island.

Jose Maria Olazabal a fermé les yeux et a dû retenir ses larmes quand Kaymer a réussi un roulé de six pieds — à peu près la même longueur sur laquelle son compatriote Bernhard Langer avait raté à Kiawah en 1991 — pour vaincre Steve Stricker et donner à l'Europe le point nécessaire pour conserver la coupe.

Tiger Woods a raté un roulé de moins de quatre pieds pour la normale au 18e trou et a concédé la normale à Francesco Molinari pour ainsi annuler le dernier match, ce qui a offert à l'Europe le demi-point nécessaire pour gagner le titre 14 et demi à 13 et demi.

Woods et Stricker, deux éléments clés de la formation américaine, n'ont pas gagné un seul match au cours du tournoi.

«Celle-là, c'est pour toute l'Europe, a dit Olazabal. Seve sera toujours présent au sein de cette équipe. Il a été un facteur important pour l'équipe européenne, et hier soir (samedi), quand nous avons tenu notre rencontre, je crois que les gars ont compris qu'il était important d'y croire. Et je crois qu'ils l'ont fait.»

Ian Poulter a été le premier à serrer Olazabal dans ses bras, ce qui allait de soi.

Poulter avait redonné espoir à l'Europe samedi en inscrivant cinq oiselets consécutifs pour transformer une défaite en victoire et donner à son équipe un peu de rythme. Poulter était aussi énergique dimanche et a gagné les deux derniers trous contre Webb Simpson, champion de l'Omnium des États-Unis.

Et il a reçu l'aide de ses coéquipiers. Les cinq premiers joueurs envoyés sur le terrain par l'Europe ont tous gagné, incluant Rory McIlroy, qui était chanceux de simplement jouer. McIlroy croyait que son match débutait à 12 h 25 — l'heure était toutefois inscrite à l'heure de l'Est et non centrale — et il a eu besoin d'être escorté par la police simplement pour arriver au terrain 10 minutes avant de commencer son match. Il a ensuite réussi des oiselets clés et a infligé à Keegan Bradley son premier revers de la semaine.

La victoire la plus importante va cependant peut-être du côté de Justin Rose. Il semblait se diriger vers une défaite contre Phil Mickelson, mais Rose a calé un roulé de 12 pieds pour la normale et l'annulation du trou au 16e, un roulé de 35 pieds pour l'oiselet au 17e pour gagner le trou et un autre roulé de 12 pieds pour un autre oiselet et la victoire au 18e.

Six des 12 matchs de dimanche se sont terminés au 18e trou. Les Américains ont gagné un seul de ces duels.

Les États-Unis avaient aussi effacé un retard de quatre points avant de gagner en 1999 à Brookline, mais le scénario était bien différent. Les Américains avaient été dominants lors des premiers matchs. À Medinah, les choses auraient pu aller d'un côté comme de l'autre.

Ce fut si serré que les deux équipes avaient de bonnes raisons de penser pouvoir gagner la Coupe Ryder.

Stricker a réussi un roulé de huit pieds pour la normale au 18e et Kaymer avait besoin de réussir son roulé de six pieds pour gagner le match. S'il l'avait raté, les Américains auraient récolté un demi-point alors que Woods menait par un sur Molinari après 17 trous.

Kaymer, qui a déjà occupé le premier rang mondial et remporté un titre majeur mais qui a connu une année difficile, a envoyé la balle en plein centre de l'objectif et les célébrations ont commencé.

«C'est une sensation que je n'avais jamais ressentie auparavant, a déclaré Kaymer. Vendredi, je me suis assis avec Bernhard et nous avons parlé de la Coupe Ryder parce que mon attitude n'était pas la bonne. Maintenant, je sais à quel point la Coupe Ryder est importante.»

Il avait de la difficulté à parler, non pas en raison de l'émotion, mais plutôt parce qu'il devait crier afin qu'on l'entende par-dessus la foule en délire. Les joueurs se faisaient des accolades et pleuraient, et le petit contingent de partisans européens qui avait été enterré pendant toute la semaine s'est enfin fait entendre en entonnant la nouvelle chanson-thème de la Coupe Ryder.

Ils chantaient «Ole, ole, ole, ole», alors que les équipes se préparaient pour les cérémonies de clôture.

L'Europe a maintenant gagné sept des neuf dernières éditions de la Coupe Ryder, et ce qui rend leur remontée encore plus remarquable, c'est qu'elle a été accomplie en terre hostile.