NOUVELLES

Santé : le NPD veut prendre le pouls des Canadiens

27/09/2012 07:01 EDT | Actualisé 27/11/2012 05:12 EST

Les néo-démocrates amorcent une tournée nationale pour discuter de l'assurance maladie, en accusant le gouvernement Harper d'imposer des changements nuisibles au système.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) dit vouloir demander aux Canadiens d'identifier les gestes que le gouvernement devrait poser pour s'assurer que le système de santé est viable pour les prochaines générations.

La ministre fédérale de la Santé Leona Aglukkaq a rapidement réagi à l'annonce, critiquant le NPD pour ne pas avoir présenté un plan d'action en santé, en plus de maintenir que les conservateurs ont plutôt amélioré le système.

Au dire de Mme Aglukkaq, les discussions ne valent pas des gestes concrets.

Dans un courriel envoyé à La Presse Canadienne, la ministre soutient que si le NPD se plaint amplement à propos du système, le parti ne propose cependant pas de nouvelles idées.

Selon le chef néo-démocrate Thomas Mulcair, les conservateurs nuisent au système de santé en réduisant de plusieurs milliards de dollars les transferts fédéraux aux provinces et territoires.

M. Mulcair avance que ces sommes totalisent un montant de 36 milliards $, et que la décision a été prise sans qu'Ottawa ne négocie avec les provinces et territoires.

Aux yeux du NPD, ces consultations se pencheront sur quatre priorités : l'accès aux médicaments sous ordonnance, les soins à domicile et de longue durée, le rôle des employés du système de santé et les manières de vivre une vie en meilleure santé.

La porte-parole néo-démocrate en matière de santé, Libby Davies, affirme que ces consultations aideront à structurer les propositions du parti dans le secteur en vue des élections de 2015.

Les ministres provinciaux de la Santé se rencontrent à Halifax, cette semaine, pour discuter entre autres de la hausse des coûts des médicaments. Les provinces et territoires espèrent pouvoir mettre en commun leur pouvoir d'achat pour réduire les frais des médicaments sous ordonnance.

PLUS: