POLITIQUE

Code de vie d'Hérouxville : Mario Dumont nie toute participation de l'ADQ

27/09/2012 09:41 EDT | Actualisé 27/11/2012 05:12 EST
Getty Images
Saint-Eustache, CANADA: Leader of the Parti Quebecois, Andre Boisclair speaks to supporters at a campaign office in the Deux-Montagnes riding, 21 March, 2007 in Saint-Eustache, Quebec. AFP PHOTO/David BOILY (Photo credit should read DAVID BOILY/AFP/Getty Images)

L'ex-chef de l'Action démocratique du Québec, Mario Dumont, nie catégoriquement les allégations de l'ancien chef péquiste André Boisclair voulant que le « code de vie » d'Hérouxville soit une manoeuvre de l'ADQ.

André Boisclair a créé une onde de choc mercredi soir en déclarant dans une entrevue accordée à l'émission de télévision Les Francs-tireurs, à Télé-Québec, que la saga entourant le code de vie qui édictait les droits et devoirs des immigrants à Hérouxville avait été orchestrée de toutes pièces par l'ADQ.

Une histoire inventée

Mario Dumont, qui est aujourd'hui chroniqueur au Journal de Montréal, a déclaré jeudi matin dans les pages du quotidien montréalais qu'il ne connaît personne à Hérouxville et qu'il ignore d'où proviennent ces allégations d'André Boisclair.

« Soit c'est une histoire inventée, soit un conseiller s'est vanté en prétendant être un brillant Machiavel, un génie, soit quelqu'un de mon entourage a parlé à quelqu'un d'Hérouxville sans que je le sache », écrit Mario Dumont.

« Si un de mes proches lui a vraiment fait ces confidences, qu'il me donne son nom pour que je puisse l'engueuler », poursuit l'ancien chef adéquiste.

Boisclair pèse ses mots

Dans l'entrevue qu'il a accordée aux Francs-tireurs, André Boisclair insiste pourtant sur la véracité de ses propos, sans toutefois en révéler les sources.

L'ancien chef du Parti québécois affirme avoir eu confirmation de cette information par une « personne proche de Mario Dumont », qui était chef de l'ADQ en 2007.

« Des gens près de Mario Dumont m'ont dit à moi, plusieurs années après l'élection : "Tu sais très bien André que cette histoire-là c'est une histoire commanditée par l'ADQ. Payée et organisée par l'ADQ" », a déclaré André Boisclair au journaliste Richard Martineau.

« Je revois encore cette personne me dire : "André, comment ça se fait que Hérouxville, ce soit arrivé peu de temps avant la campagne électorale?" », poursuit l'ex-chef du Parti québécois.

« Je te dis que l'histoire d'Hérouxville, pis l'histoire de la gang qui est sortie et qui ont écrit leur charte et ainsi de suite... Payé et commandité par l'Action démocratique du Québec et je pèse chacun des mots que je prononce ici aujourd'hui », a répété André Boisclair à l'animateur de l'émission qui lui a demandé si c'était bien ce qu'il venait de dire.

André Drouin étonné et amusé

À Hérouxville, l'ex-conseiller municipal André Drouin s'est dit étonné par ces déclarations. À l'origine du controversé code deok vie destiné aux immigrants adopté en 2007 par le conseil municipal de la petite ville de la Mauricie, André Drouin a semblé amusé par ces allégations, qu'il rejette en bloc.

« Lorsque je l'ai écouté, heureusement que j'étais assis parce que j'ai été extrêmement surpris. La seule chose que je peux dire c'est que c'est faux, totalement faux. Je n'ai jamais été près de l'ADQ », assure André Drouin.

« Si jamais ils ont voté dans ce parti-là à l'époque une prime pour Drouin, moi je ne l'ai jamais eue. Je risque de la demander par contre si jamais c'est vrai », poursuit André Drouin en affichant un large sourire.

Le code de vie d'Hérouxville

En février 2007, la petite municipalité d'Hérouxville, en Mauricie, faisait parler d'elle dans le monde entier après l'adoption d'un document qui stipule que les immigrants doivent se plier à une série de normes de vie qui ont cours dans la municipalité.

L'initiative de la petite municipalité de 1300 habitants est venue jeter de l'huile sur le feu alors que le Québec était plongé dans un épineux débat sur les accommodements raisonnables.

Rédigé par l'ancien conseiller André Drouin, le document avait entraîné la mise sur pied de la commission Bouchard-Taylor sur les pratiques d'accommodements raisonnables.

L'arrivée en masse de médias nationaux et internationaux dans le petit village avait donné lieu à une véritable saga médiatique.