La nomination de l'ex-député péquiste Nicolas Girard à la tête de l'AMT fait jaser

Publication: Mis à jour:
NICOLAS GIRARD
PC

La nomination de l'ancien député péquiste Nicolas Girard au poste de président-directeur général de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) fait sursauter le député caquiste Éric Caire. Le critique de la deuxième opposition officielle en matière de Transports y voit une autre preuve que le Parti québécois est un « vieux parti ».

« Avec la nomination ce matin de M. Nicolas Girard à titre de président-directeur général de l'AMT, c'est une déception de plus qui s'ajoute pour ce gouvernement », a lancé d'entrée de jeu l'élu de La Peltrie en entrevue avec le Huffington Post Québec.

Selon Éric Caire, la nomination « partisane » de l'ancien député de Gouin à la tête de l'AMT démontre que le Parti québécois est un « vieux parti qui agit avec de veilles façons de faire. »

Dans le même sens, le député caquiste se questionne sur les véritables connaissances en matière de transport et de gestion de Nicolas Girard. « On a changé la couleur du gouvernement, mais pas la façon de faire », affirme-t-il.

« Il aurait été préférable de nommer une personne qui connait sur le bout des doigts les questions entourant le transport. Et ce n'est pas parce que tu as été critique pendant une année que tu as les compétences pour occuper ce rôle », dénonce-t-il.

Une opinion partagée par le Parti libéral du Québec, par la voix de son responsable au communication de l'aile parlementaire, Charles Robert. « On souhaite que M. Girard ait la compétence requise pour occuper ce poste », espère-t-il.

M. Robert trouve ironique la nomination partisane de l'ancien député péquiste de Gouin, étant donné qu'il était le premier élu « à s'opposer systématiquement et à déchirer sa chemise quand il y avait des nominations qu'il jugeait à caractère partisane », rappelle-il.

Bon pour le développement du train

Pour Jean-Luc Labrecque, président de l'Association des conseils intermunicipaux de transport de la MRC des Moulins et conseiller municipal de Terrebonne, la venue à l'AMT de l'ex-critique de l'opposition officielle en matière de Transports est une bonne chose pour la poursuite du développement du train de banlieue.

« Globalement, je dirai oui, c'est une bonne chose, surtout qu'il connaît quand même bien le dossier du transport en commun », dit-il, souhaitant être en mesure de rencontrer prochainement le nouveau PDG.

Ce dernier a également rappelé que l'ancien président-directeur général de l'AMT, Paul Côté avait confirmé l'arrivée du train de l'Est dès la fin de 2013.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Les promesses du PQ
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction