INTERNATIONAL

Innocence des musulmans: un Canadien copte visé par un mandat est inquiet

22/09/2012 01:50 EDT | Actualisé 22/11/2012 05:12 EST
CP

TORONTO - Le Canadien copte Nader Fawzy dit craindre pour sa vie et demande la protection de policiers, car un mandat d'arrêt a été émis contre lui en raison de sa prétendue implication dans le film L'Innocence des musulmans.

M. Fawzy a déclaré ne pas se sentir en sécurité et ajouté qu'il redoutait que quelqu'un tente de le tuer ou de tuer ses enfants.

Il est l'un des deux Canadiens dont le nom apparaît sur le mandat d'arrêt que l'Égypte a émis en lien avec le film controversé, qui a déclenché de violentes protestations dans divers pays du monde.

«Quand cette fatwa est donnée, n'importe qui peut venir me tuer, tuer mes enfants ou les membres de ma famille en Égypte», a-t-il déclaré devant les médias réunis à Toronto samedi.

«Je n'ai jamais vu plus que quatre minutes [du film], [...] je n'ai rien à voir là-dedans», a-t-il ajouté.

M. Fawzy s'est présenté samedi comme un militant copte. Il était accompagné du député libéral de Scarborough—Agincour, Jim Karygiannis.

Il dit avoir dénoncé publiquement le traitement réservé aux chrétiens coptes par le gouvernement égyptien et avoir publié un livre que ce même gouvernement n'a pas apprécié.

M. Fawzy ajoute ne pas être satisfait de la manière dont le gouvernement canadien a répondu à sa requête, lui qui se serait contenté de lui dire de rester discret.

«Mes filles et moi avons besoin de protection et je crois que je suis venu ici au Canada pour être en sécurité avec mes enfants», a-t-il souligné.

«Je ne suis pas ici pour me taire, je suis ici pour m'exprimer, à l'instar de toutes les personnes en sol canadien, qui ont le droit de parler.»

Le procureur général de l'Égypte a émis des mandats d'arrêts pour un certain nombre de coptes impliqués dans le film. La plupart d'entre eux vivent aux États-Unis.

Comme M. Fawzy, le Canadien Jacques Attala fait partie des personnes accusées d'avoir offensé l'Islam, insulté le prophète Mahomet, incité des conflits sectaires et compromis la paix et l'indépendance de l'Égypte.

Les deux hommes nient avoir été impliqués dans le film amateur. Ils craignent tous deux que la présence de leurs noms sur les mandats d'arrêt eut fait d'eux des cibles pour les extrémistes musulmans, qui ont été encouragés par des hauts dignitaires religieux à tuer toutes les personnes impliquées dans le film.

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifs dans le monde musulman