NOUVELLES

Les défis du nouvel entraîneur du Phoenix

20/09/2012 12:30 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

Un texte de Geneviève Proulx

À quelques jours du premier match officiel de la nouvelle équipe de hockey junior de Sherbrooke, le Phoenix, l'entraîneur-chef, Judes Vallée, ne se sent pas nerveux. Il est néammoins anxieux que la saison commence enfin, même si l'équipe n'est pas tout à fait à son goût.

« J'aurais aimé avoir une semaine de plus de camp d'entraînement même si plusieurs trouvaient ça long », dit-il d'entrée de jeu.

L'ancien entraineur des Cougars possède cinq ans d'expérience dans la LHJMQ : trois comme assistant avec la défunte équipe sherbrookoise, les Faucons et deux comme entraineur-chef des Tigres de Victoriaville. D'ailleurs, il compare le Phoenix à la deuxième équipe qu'il a dirigée à Victoriaville et qui était en reconstruction.

« Ça été plus long de faire notre marque avec notre système de jeu. Après les Fêtes, nous étions l'une des meilleures équipes, même si nous étions jeunes », rappelle-t-il.

La patience des amateurs sera tout de même requise. Toutefois, au Palais des Sports Léopold-Drolet, Judes Vallée exigera un effort maximal de sa troupe. « Surtout à la maison, je veux qu'on soit vraiment compétitif. Je veux qu'on se présente. Je veux qu'on travaille fort. Nos partisans s'attendent à avoir du bon hockey. Oui, on veut de bons résultats, mais c'est la façon de faire », soutient le coach.

La moitié des joueurs du Phoenix ont 17 ans et moins. Leur travail défensif peut être déficient et la chimie n'y est pas encore tout à fait implantée. « « Je dis toujours que si on joue défensivement, on est très fort offensivement parce qu'on a toujours la rondelle. Il y a beaucoup de situations où on doit mettre de la pression et on n'en met pas, on n'hésite parce qu'on est à apprendre le système et à vivre avec. Dans un certain temps, ça va peut-être devenir une force pour nous », souligne Vallée.

Judes Vallée est conscient que le Phoenix connaitra des moments difficiles. Il se fie sur ses cinq joueurs de 20 ans pour alimenter le moral des jeunes. « Connaissant mes 20 ans et mes 19 ans, ce sont tous des gars qui sont contents d'être ici. Il n'y a pas de découragement marquable ».

Selon lui, l'important, c'est de ne pas oublier que le Phoenix est une équipe d'expansion qui veut causer la surprise de faire les séries éliminatoires. « Je pense qu'on peut aller cherche une confiance d'équipe cette année pour pouvoir mieux performer l'an prochain », dit-il.

PLUS: