NOUVELLES

Le ministre Bergeron préoccupé par la tribune offerte à Richard Henry Bain

20/09/2012 11:07 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

Le nouveau ministre de la Sécurité publique du Québec, Stéphane Bergeron, remet en question le fait que le présumé meurtrier du Métropolis, Richard Henry Bain, ait pu s'exprimer sur les ondes d'une station de radio montréalaise mercredi.

À son arrivée à la première réunion du conseil des ministres, jeudi matin, M. Bergeron s'est dit préoccupé par l'occasion qu'a obtenue M. Bain, qui est pourtant détenu au centre de détention de Rivière-des-Prairies. Il a dit qu'il se pencherait sur la question afin de vérifier s'il y a lieu de revoir le droit des détenus à avoir accès à de telles tribunes.

Utilisant le téléphone de l'infirmerie de l'établissement, M. Bain a accordé une entrevue à la station de radio CJAD, mercredi, pendant qu'à Québec, la première ministre Pauline Marois présentait les membres du Cabinet.

Richard Henry Bain est l'auteur présumé de l'attentat meurtrier lors du rassemblement de la victoire péquiste au Métropolis le 4 septembre dernier.

L'homme de 62 ans a lui-même contacté la rédaction d'Astral, et l'entrevue a été reprise par les stations CJAD, Rouge FM et NRJ, ont expliqué des journalistes de ces stations.

« Ma vision est que l'île de Montréal se sépare pour devenir sa propre province », a-t-il déclaré à la journaliste de CJAD Trudie Mason, depuis l'infirmerie du pénitencier de Rivière-des-Prairies.

Aux stations Rouge FM et NRJ, M. Bain a affirmé que les Montréalais devaient « vraiment prendre le contrôle de leur île et former un nouveau parti municipal ».

Interviewée par la station de radio CJAD, son avocate Elfride Duclervil s'est dite surprise que son client ait pu avoir accès à un téléphone.

Richard Henry Bain, qui a refusé lors de ces entretiens de commenter les événements du Métropolis, fait face à 16 chefs d'accusation, dont celui de meurtre prémédité.

Le 4 septembre, il se serait présenté au rassemblement électoral péquiste, au Métropolis. Vêtu d'une robe de chambre, le suspect s'est approché du vestibule arrière de l'édifice, avant de tirer plusieurs coups de feu. Un homme de 48 ans est mort et un autre, âgé de 27 ans, a été gravement blessé.

Le suspect reviendra en cour le 11 octobre prochain.

PLUS: