NOUVELLES

Grève en Inde contre la réforme du commerce au détail

20/09/2012 08:49 EDT | Actualisé 20/11/2012 05:12 EST

De petits commerçants indiens qui sont opposés à l'arrivée de géants mondiaux de la vente au détail ont manifesté jeudi. Des chauffeurs d'autobus et de camions ont aussi participé à la grève nationale, soutenue par les partis d'opposition et les syndicats, qui dénoncent certaines réformes économiques.

Entre autres, les manifestants dénoncent la hausse prévue de 12 % du prix subventionné de l'essence. La semaine dernière, le premier ministre indien, Manmohan Singh, a présenté de nouveau une série de mesures pour relancer l'économie du pays, des propositions dont la mise en place avait été reportée, en décembre 2011, en raison de la contestation populaire.

Ces changements, souvent perçus comme étant « antipauvres » en Inde, provoquent une fois de plus une levée de boucliers.

Jeudi, de petits commerces, des bureaux gouvernementaux, des écoles et des usines étaient fermés, surtout à Calcutta, Bangalore et Chennai, et des manifestations se sont déroulées dans de grandes villes du pays, mais Bombay a été pratiquement épargnée. Le transport ferroviaire était par ailleurs perturbé dans plusieurs États indiens.

Une réforme décriée

Le gouvernement indien veut permettre aux géants du commerce de détail, comme Walmart, d'acquérir jusqu'à 51 % du capital des détaillants multimarques indiens. Pour l'instant, les chaînes étrangères ne peuvent pas vendre directement aux quelques 1,2 milliard d'Indiens, mais elles sont présentes comme grossistes.

Les opposants à cette réforme veulent notamment protéger les « kiranas », qui sont de petites échoppes traditionnelles où s'empilent jusqu'au plafond des conserves de tous genres, une activité qui fait vivre plus de 25 millions de commerçants.

Les partisans de la libéralisation du commerce de détail font valoir quant à eux que les changements proposés permettraient de créer de millions d'emplois et peut-être de réduire la facture d'épicerie ce qui pourrait contribuer à faire baisser l'inflation, à 7,5 % le mois dernier.

PLUS: